Débunkons le gauchisme

Débunkons le gauchisme

Buzzfeed tente de nier le grand remplacement

zemmour.png

 

 

Réponse à //www.buzzfeed.com/adriensenecat/juifs-grand-remplacement-eric-zemmour-roi-de-lintox-sur-bfm?bftwfrance&utm_term=4ldqpg5#4ldqpg5

 

Buzzfeed commence par dire :

 

Il n’existe pas de statistiques faites sur la base de la confession des élèves en France –Éric Zemmour se garde d’ailleurs bien de dire quelle est la source de son affirmation. Il n’est pas le premier à lancer une affirmation de ce genre, mais il la pousse à l’extrême.

 

La source c'est ce qu'il a vu de ses propres yeux comme bon nombre de français, mais les bobos dans leurs quartiers dorés ne peuvent pas le voir. Sinon, si le grand remplacement est un fantasme, pourquoi vous n'autorisez pas les stats ethniques ?

 

 

 

Il y a un an, le grand rabbin de France Haïm Korsia disait sur Europe 1 qu’il «n’y a pratiquement plus aucun enfant juif dans les écoles publiques de Seine-Saint-Denis». Mais Sammy Ghozlan, le président de l’association des juifs de Seine-Saint-Denis,avait alors contredit auprès de la radio l’idée selon laquelle les écoles publiques seraient «désertées» par la communauté juive, tout en notant qu’il y avait bien eu un développement des établissements privés juifs, au nombre de huit dans le département actuellement.
Et s’il faut s’en convaincre, il vous suffit d’interroger quelques enseignants du département, comme l’avait fait Rue89 en 2014 après les propos du même genre d’un réalisateur, pour constater qu’il y a bien des écoliers juifs qui y sont scolarisés.

 

Dans cet extrait, je retiens "tout en notant qu’il y avait bien eu un développement des établissements privés juifs, au nombre de huit dans le département actuellement.", ça veut dire qu'il y a bien désertion des juifs des écoles publiques en Seine Saint Denis, mais vous le niez en vous arrêtant sur quelques cas isolés et bien rares de juifs restés dans les écoles publiques.

 

 

 

Éric Zemmour reprend ici à son compte le «grand remplacement», un concept théorisé par l’écrivain d’extrême droite Renaud Camus, qui voudrait que les «Français de souche» soient en passe d’être remplacés par un autre peuple.
L’expression «Français de souche» en elle-même pose problème: aucun critère démographique ne permet de distinguer ceux qui en seraient et ceux qui n’en seraient pas. Éric Zemmour semble néanmoins essayer d’en donner un en évoquant «des gens qui n’étaient pas français il y a encore 30 ans», mais ne cite aucune source pour appuyer son constat.

 

Un mec qui ne connait aucun étranger dans ses ancêtres ou quasiment pas, qui n'a que des noms français ou presque dans sa famille et qui est blanc... est Français de souche, beaucoup de gens correspondent à ces critères, c'est encore la majorité de la population française.

 

 

 

Loin de cette grille de lecture de l’extrême droite, l’Insee donne des éléments de réponse chiffrés dans le recensement de 2012 sur la part de résidents immigrés dans les villes citées par Éric Zemmour:
À Montreuil, les immigrés représentent 26% de la population.
À Drancy, 30%.
Des chiffres supérieurs à la moyenne nationale (8,76%) et régionale (18% pour l’Ile-de-France), mais à des années-lumières des 100% pointés par Éric Zemmour. Et ce même si on y ajoutait la «deuxième génération», c’est-à-dire les Français nés de parents immigrés -sachant également que la majorité d’entre eux (57%) a un parent né en France.

 

Vous êtes pathétiques, vous essayez de démontrer que Zemmour dit faux sur le grand remplacement et vous montrez des chiffres prouvant que dans certaines villes et régions, il y a prés de 20, 30, 40 % d'immigrés de seulement 1ère génération... Je sais pas si vous vous rendez compte mais c'est énorme !!!!! Et vous trouvez juste à dire "ce n'est pas 100 %" !!!!!!! 20, 30, 40 % c'est énorme, surtout si on ajoute les immigrés de seconde et 3ème génération, et dans certains quartiers c'est quasi 100 %.

 

Vous dites qu'en France, il y a 8.76 % d'immigrés  de 1ère génération, mais il y a 30 % (3 fois plus) d'immigrés de 1ère, seconde génération et troisième génération :

 

"En 2011, on comptait 8,7 % d'immigrés, mais 19,2 % de personnes d'origine étrangère sur deux générations. Cette proportion montait même à près de 30 %, dès que l'on incluait la génération suivante, calcul réalisable seulement pour les moins de 60 ans."

//www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/05/07/31003-20150507ARTFIG00310-statistiques-ethniques-le-decryptage-de-michele-tribalat.php

Faut donc multiplier par plus de 3 environ vos chiffres pour savoir la proportion réelle d'immigrés, on est pas loin des 100 % dans les villes et coins évoqués par Zemmour.

 

Pour l'IDF, si on regarde seulement  la proportion de naissances issues des immigrés : 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Donn%C3%A9es_statistiques_sur_l%27immigration_en_France#Natalit.C3.A9_par_r.C3.A9gion_et_d.C3.A9partement_selon_le_lieu_de_naissance_des_parents

Les naissances en Ile de France sont à 46 % des gosses pondus par les immigrés ! Presque la moitié.

Imaginez, si on compte aussi les immigrés de 3ème génération (petits-enfants d'immigrés pondus par les immigrés de seconde génération plus nombreux que ceux de la 1èredans les naissances : la grande majorité des naissances de l'IDF sont des enfants ou petits-enfants d'immigrés. Il y a bien un remplacement.

 

 

 

Éric Zemmour introduit son propos en disant que «c’est pas la presse française qui vous en parlera. Sauf deux articles, comme par hasard écrit par des journalistes algériens, il n’y a qu’eux qui aient l’honnêteté et la lucidité.»
Il évoque un article de Paris Match sur Avignon, sans entrer dans les détails -mais l’article, qui compare la ville à une «cité des salafistes», a été critiqué, comme son auteur, connu pour son rôle trouble dans la vente des images de surveillance du Casa Nostra. Et développe son argumentaire en s’appuyant sur un autre article, cette fois de Marianne sur Saint-Denis.
BuzzFeed a retrouvé l’article en question, publié en novembre 2015. Il ne s’agit pas d’un article écrit par un journaliste algérien mais du témoignage de Fewzi Benhabib, un universitaire menacé de mort par les islamistes en Algérie qui habite à Saint-Denis depuis 1994. Comme le dit l’introduction de l’article, il «raconte la progression lente d’une idéologie mortifère dans son département.»
Le problème, c’est qu’Éric Zemmour dit des choses qu’on ne trouve pas dans le texte. Le halal, par exemple, n’est cité qu’une fois, pour évoquer un fast-food qui vend des hamburgers 100% halal. Un magasin qui, selon Fewzi Benhabib, symbolise une «conquête des esprits». Mais ce dernier ne dit pas que l’intégralité des boutiques sont halal -et pour cause, une simple recherche dans l’annuaire montre le contraire.
Quant au voile, il est bien évoqué au sujet d’un salon de coiffure qui réserve «une salle spéciale pour les femmes voilées, à l’abri des regards». Une pratique qui choque l’universitaire, mais là aussi, ce dernier ne dit pas que toutes les femmes de Saint-Denis sont contraintes de porter le voile -d’autant que la gérante du salon en question elle-même ne le fait pas.
Si Fewzi Benhabib dit s’inquiéter d’un islamisme qui progresse «à bas bruit, par petites audaces successives», comme il l’a constaté en Algérie dans les années 1990, Éric Zemmour a complètement réécrit son témoignage.

 

Dans son témoignage même si il ne dit pas que tous le monde a le voile et qu'il n'y a que des boucheries hallal, il évoque bien une islamisation en cours de la France. En fait votre article se résume à ça : "c'est rouge mais pas rouge foncé"

 

Ensuite les bobos, vous voulez une preuve de l'islamisation des banlieues ? Amenez votre cul en banlieues, vous verrez qu'il n'y a presque plus aucune boucherie "haram" et plein de djellaba, sortez de vos quartiers dorés.

 

 

 

Premier problème, la référence à Napoléon d’Éric Zemmour est incomplète: la loi de 1803 ne limite pas le choix des prénoms au simple calendrier chrétien. Elle dit que «les noms en usage dans les différents calendriers, et ceux des personnages connus dans l’histoire ancienne pourront seuls être reçus». Un retour à l’ordre alors que depuis 1792 apparaissaient des enfants prénommés Robespierre, Marat, Paix, ou Constitution, explique le sociologue spécialiste des prénoms Baptiste Coulmont àL’Express.

 

Merci de confirmer que Napoléon a bien donné des limites dans la donation de prénoms. Mais progressivement, on a détruit ces limites pour s'adapter aux étrangers. Seuls les noms conformistes, les noms du calendrier et les noms d'une liste établie pouvaient êtres pris avant : "Pendant la Révolution, les lois françaises limitaient l’éventail de choix d’un prénom à ceux du calendrier et d’une liste établie. (Loi du 11 germinal, an XI). Les prénoms qui n’étaient pas suffisamment conformistes n’avaient aucune chance d’être acceptés par les fonctionnaires d’Etat." //www.affection.org/prenoms/loi.html

 

 



01/03/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres