Débunkons le gauchisme

Débunkons le gauchisme

Débunkage des mythes du "privilège blanc" et du "racisme systémique blanc"

Le "privilège blanc" est un concept fumeux et bidon servant à justifier la haine raciale anti-blanche de certains, c'est pareil pour le "racisme systémique/d'Etat/dominant blanc" qui sert aussi à nier le racisme anti-blanc qui ne ferait pas "système" et qui ne se traduirait pas par un rapport de domination.

 

Je ne savais pas que c'est être privilégié et dominant racialement, d'être dans cette situation : 

 

- Fuir massivement les banlieues à cause de la colonisation, être obligé de se réfugier dans le rural et périurbain.


- Etre condamné à devenir minoritaire et à être dilué chez toi.


- Ne pas avoir ton ethnie et identité reconnues (notamment par la justice) et être dans l'impossibilité de se défendre contre un quelconque racisme car celui anti-blanc et anti-français est nié.


- Avoir ton passé et ton histoire réécrites pour justifier et promouvoir le grand remplacement que tu subis.


- Avoir ton existence niée ainsi que tes racines. 


- Etre pointé du doigt comme un grand enculé raciste, oppresseur et dominateur comme les juifs dans les années 30.

 

- Etre un habitant d'un milieu rural, périphérique et/ou désindustrialisé bien plus pauvre et bien moins aidé par l'Etat que les banlieues blacks et beurres.

 
- Subir des agressions et attentats en tous genres d'autres religions et ethnies.


- Avoir le niveau de ton éducation publique et scolaire amoindrie pour le profit des envahisseurs. 


- Etre dans l'impossibilité de trouver dans ton quartier des produits que tu consommes régulièrement : alcool, porc et viande française.


- Etre harcelé à l'école. 


- Etre insulté de consanguin, nazi et facho car blanc.


- Porter des dreadlocks par honte de toi et être stigmatisé pour "appropriation culturelle" quand tu en portes. 


- Etre discriminé dans le btp, les boites de ménage, les entreprises de sécurité, les kebabs, épiceries, boucheries, supérettes, petit garages, pizzerias, fast food, marchés... où que des non-blancs bossent.


- Avoir la loi, la propagande étatique et médiatique, etc... contre toi pour te forcer à accepter l'immigration massive que les non-blancs ne subissent pas dans leur pays et à te taire dessus.


- Tu ne peux pas cracher sur les autres ethnies, alors que les autres peuvent se le permettre sur toi car le "racisme anti-blanc" et "anti-français" est considéré comme inexistant

 

- Dire la même chose sur les juifs sera condamné unanimement, mais dire la même chose sur les blancs sera toléré, voire approuvé et encouragé.

 

- Vomir sur toi, en plus de ne pas être considéré comme du racisme, sera parfois considéré comme de l'anti-racisme et de l'anti-colonialisme.

 

- Etre encouragé par la propagande à t'auto-détruire en te métissant.

 

- Etre encouragé à devenir gay pour ne plus procréer et te faire remplacer.

 

- "Amalgame" entre islam et islamistes blâmé, amalgame entre électeurs blancs du fn et nazis pas considéré comme un amalgame. 

 

- Dans la pub pro-métissage et la propagande pro-métissage : Représentation de couples non-métis avec systématiquement un mâle dominant non-blanc et une femelle passive blanche.

 

- Condamnation judiciaire de l'islamophobie, mais pas de la cathophobie.

 

- Autorisation donnée au coran de te cracher dessus (contre les "mécréants"), mais interdiction pour toi de rejeter ce livre.


- Subir l'interdiction d'être fier de ton ethnie et de ta patrie.


- Ne pas avoir le droit de défendre et vouloir préserver ta culture ainsi que ton identité.


- On te reproche de "dominer" ton propre pays, alors qu'on ne le reproche pas aux arabes, noirs et asiatiques de dominer largement dans leur propre pays en persécutant souvent les minorités, on trouve même ça normal.


- Avoir ton couple stigmatisé quand t'es avec une musulmane. 


- On te demande de t’adapter, intégrer et assimiler toi l’autochtone à la colonisation que tu subis. 


- Avoir son ethnie largement sous-représentée dans les prestations sociales octroyées. 


- Etre culpabilisé par la propagande de l'Etat à l'école sur l’histoire de ton pays.


- Ne pas recevoir toutes les aides que touchent les migrants.

 

- Tu subis une discrimination que l'on nomme "positive" et au nom de la représentativité.

 

- Tes églises sont délaissées et détruites par l'Etat, alors que l'Etat dans certaines communes finance des mosquées privées.

 

- On interdit tes crèches alors que dans certaines mairies, le ramadan est fêté.

 

- On te force à l'école d'apprendre l'histoire de l'envahisseur.

 

Et tous les éléments que je viens d'évoquer ne forment pas un racisme ordinaire, mais dominant, étatique et systémique.

 

J'ajoute : 

 

Résultat de recherche d'images pour "poor white"

Privilégiés blancs

 

[...] il existe une colère similaire (ndlr : à celle des afro-américains) dans certaines parties de la communauté blanche. La plupart des Américains de la classe ouvrière et de la classe moyenne blanche n'ont pas l’impression d’avoir été spécialement favorisés par leur appartenance raciale. [...] Alors, quand on leur dit que leurs enfants sont affectés à une école à l’autre bout de la ville, quand on leur dit qu’un Afro-Américain qui décroche un bon job ou une place dans une bonne faculté est favorisé à cause d’une injustice qu’ils n’ont pas commise, quand on leur dit que leur peur de la délinquance dans les quartiers est une forme de préjugé, la rancœur s'accumule au fil du temps.

 

Barack Obama

 

C'est ce mensonge du "privilège blanc" qui a poussé les zones populaires blanches à voter pour l'extrême-droite (exemples : aux USA, ce sont le Midwest et le Rust Belt blancs, désindustrialisés et ouvriers qui ont fait gagner Trump et en France, c'est le nord-est blanc désindustrialisé, pauvre, au chômage et ouvrier qui a fait monter à mort le FN ces dernières années, le Fn d'ailleurs selon les enquêtes a l’électorat le plus populaire, pourtant c'est celui le plus blanc)... Une très grande partie des blancs trouvent insupportable qu'on leur dise qu'ils sont privilégiés, dominants et avantagés, alors qu'ils sont aussi pauvres que les noirs, arabes et latinos, voire souvent plus.

 

Enfin, aux USA, il y a plus de blancs pauvres que de noirs pauvres et latinos pauvres : 

 

 

http://www.politifact.com/truth-o-meter/statements/2016/mar/07/bernie-s/bernie-sanders-wrong-say-when-youre-white-you-dont/

 

ps : Les milieux ruraux blancs sont les plus misérables de France, plus que les banlieues, mais malgré tout, ces milieux reçoivent moins d'argent de l'Etat que les banlieues, sont moins bien desservis que les banlieues et sont encore plus pauvres que les banlieues en infrastructures publiques et privées, ils sont d'avantage délaissés par l'Etat et le privé, les blancs sont d'avantage discriminés.

 

 

 

 

Discrimination policière

 

Quant aux "violences policières" ainsi qu'au "délit de faciès" que subiraient les non-blancs et pas les blancs, quelques chiffres débunkent le mythe d'une "discrimination" policière des non-blancs et montrent que lorsqu'il y a violence policière contre les non-blancs, ce n'est pas à cause d'un racisme d'Etat, régalien et systémique, mais à cause de la violence des non-blancs bien plus grande que celle des blancs : 

 

1) Il y a 2.75 fois plus de blancs tués par les flics que de noirs : 

 

La police américaine tue 2,5 fois plus de Blancs que de Noirs
Une recherche dans la base de données du Center for Disease Control and Prevention (CDC), pour l’année 2012, révèle que, cette année-là, 386 Blancs et 140 Noirs ont été tués lors d’une intervention de la police. (26)
Ainsi, en 2012, la police américaine a tué 2,75 fois plus de Blancs que de Noirs.
Si l’on étend cette recherche aux années 1999 à 2012 (les seules disponibles pour le moment), on découvre que, pendant cette période, 3892 Blancs et 1603 Noirs ont été tués par la police, soit 2,5 fois plus de Blancs que de Noirs.
Bref, malgré ce que des obsédés raciaux comme Christiane Taubira et les journalistes de gauche aimeraient faire croire, les policiers américains ne s’acharnent pas sur les Noirs, bien au contraire.

 

2) 91 % des noirs tués le sont non par des méchants blancs, mais par d'autres noirs, les violences blanches subies par les noirs sont que dalle face aux violences noires subies par les noirs : 

 

91% des Noirs sont tués par des Noirs
Selon les données officielles du FBI pour l’année 2012, les Noirs ont commis cette année-là 2896 meurtres et les Blancs 2875, alors qu’il y a 6 fois plus de Blancs que de Noirs aux États-Unis. (23)
Sur les 2648 Noirs tués en 2012, 2412 l’ont été par des Noirs (soit 91%) et 193 par des Blancs (soit 7%). (24)

 

3) Les noirs sont 14 fois plus racistes dans les actes que les blancs, les noirs sont 14 x plus violents contre les blancs que les blancs envers les noirs :

 

Les Noirs commettent 14 fois plus de meurtres interraciaux que les Blancs
Face à ces 193 Noirs tués par des Blancs, on dénombre 431 Blancs tués par des Noirs cette année-là.
Or il y a 6,22 fois plus de Blancs que de Noirs aux États-Unis, selon les données de la CIA. (25)
Rapporté à l’ensemble de la population, les Noirs ont donc commis près de 14 fois plus de meurtres interraciaux que les Blancs en 2012.
Quand donc Christiane Taubira condamnera-t-elle cette ultra-criminalité des Noirs ?

 

4) Les noirs sont largement surreprésentés dans les crimes contrairement aux blancs :

 

L’ultra-criminalité des Noirs américains
L’un des buts de la propagande anti-Blancs des médias est de masquer le fait que les Noirs américains ont un taux de criminalité beaucoup plus élevé que les Blancs.
Selon le Ministère de la Justice américain (US Department of Justice), de 1980 à 2008, 52,5% des homicides ont été commis par des Noirs et 45,3% par des Blancs. Rapporté à la population des États-Unis, le taux d’homicide a été 8 fois plus élevé chez les Noirs que chez les Blancs durant cette période. (22)
Homicide-Offending-by-race-1976-2005-FBI-Crime-Statistics
Nombre d’homicides commis par les Noirs (en bleu) et par les Blancs (en rouge), sur 100.000 habitants, aux États-Unis, de 1976 à 2005.

 

5) Quant au "délit de faciès" et "contrôle au faciès" : 

 

Enfin pour l'excuse bidon du "délit au faciès" :  les flics ne discriminent pas, ils visent d'avantage les noirs et arabes car ce sont ces derniers qui occupent et habitent les zones sensibles (ZUS), pas les blancs et la carte montrant par département une énorme corrélation entre niveau d'agressions physiques et niveau d'immigration, montre que s'il y a des "contrôles au faciès", c'est tout simplement parce que ce sont dans les coins remplies d'immigrés, qu'il y a le plus d'agressions et autres actes hors-la-loi.

 

6) Il y a beaucoup de non-blancs au sein des flics.

 

Source des extraits cités : https://ripostelaique.com/etats-unis-messieurs-les-journaleux-91-des-noirs-sont-tues-par-des-noirs.html

 

 

 

 

Discrimination à l'embauche

 

Les non-blancs sont moins embauchés en moyenne, pas parce qu'ils sont non-blancs, mais à cause d'autres choses qui n'ont rien à voir avec leur race : 

http://debunkonslegauchisme.blog4ever.xyz/discrimination

 

extraits du lien : 

 

Pour essayer de comprendre les causes de ce phénomène, le ministère a isolé une partie des facteurs en cause. Il a calculé, pour chaque catégorie de population, le rapport entre la probabilité d’être au chômage et celle de ne pas l’être [1] et a comparé les rapports entre eux selon les différentes populations. Toutes caractéristiques confondues, le rapport de probabilité va de 1 à 3,8 entre les non-immigrés et les descendants d’immigrés d’origine africaine et de 1 à 3 pour les immigrés d’origine africaine. Dit autrement, pour les immigrés, la probabilité d’être au chômage rapportée à celle d’avoir un emploi [2] est trois fois supérieure au même ratio que pour les non-immigrés. Mais cette probabilité dépend beaucoup de l’âge, du diplôme, de la catégorie socioprofessionnelle, etc. Si l’on isole tous ces facteurs, dans les deux cas (immigrés d’origine africaine comme descendants), le rapport se réduit et passe de 1 à 2.

 

http://www.inegalites.fr/spip.php?page=article&id_article=1942

 

Donc, en réalité, les extra-européens ont seulement 2 fois plus de mal dans la recherche d'un emploi que les fdesouche. Et cette différence est explicable par ces différentes raisons : 
- Les immigrés extra-européens ayant en général une plus mauvaise maîtrise du français que ça soit à l'écrit ou à l'oral, sont naturellement moins employés par les patrons.
- Quand les parents préfèrent nommer leur gosse Mohammed plutôt que Rémi, les étrangers montrent qu'ils n'ont pas envie de s'intégrer à la société française.
- La tenue des immigrés qui vont en entretien d'embauche est souvent choquante : mains dans les poches, pantalon baissé, casquette à l'envers, jogging, djellaba, etc...
- Le comportement des immigrés au travail n'est parfois pas mieux que dans les rues de banlieues.
- N'oublions pas non plus que si les extra-européens sont en moyenne moins pris par les patrons, c'est aussi lié au fait que pas mal d'extra-européens sont de nationalité étrangère, or un salarié de nationalité étrangère procure pas mal de problèmes sur le plan administratif !
- Cette législation "un cinquième des emplois sont interdits aux étrangers hors union européenne" explique une partie de la difficulté pour les extra-européens de trouver un boulot.
Conclusion : Les extra-européens ne sont quasiment pas discriminés par les patrons. Si, il y a un fdesouche et un extra-européen qui ont le même âge, le même niveau de qualification, la nationalité française en commun, la même tenue et un français de qualité équivalente, l'extra européen aura quasiment les mêmes chances d'obtenir un travail. De plus, privilégier quelqu'un de sa race, de sa culture et de son ethnie, n'a rien de raciste et discriminatoire, sinon d'après cette logique il serait raciste et discriminatoire de privilégier son fils ou son neveu par rapport à l'enfant d'un inconnu. Enfin, les gauchos ont remplacé la lutte des classes par la lutte des races, les gauchos racialisent le débat ! 

 

 

 

 

Les immigrés ont plus d'aides sociales de l'Etat que les autochtones

 

Pour preuves :

 

Les étrangers représentent 13 % des bénéficiaires du RSA en 2011 et 32 % des bénéficiaires de l’ASPA en 2012 (http://md0.libe.com/photo/557912-lib-rsa-beneficiaires-etrangers.jpg?modified_at=1381827444), alors que les étrangers en 2011 représentaient seulement 6 % de la population : “Au total, en 2011, les 3,9 millions d'étrangers qui résident en France représentent environ 6 % de la population.“  http://www.insee.fr/fr/mobile/etudes/document.asp?reg_id=0&ref_id=T15F037
 Les immigrés touchent le chômage : "17,2 % des immigrés [1] sont au chômage contre 9 % des Français nés en France, selon l’Insee(données 2013). Le taux atteint 21,2 % pour les actifs non ressortissants de l’Union européenne." http://www.inegalites.fr/spip.php?article86
Les immigrés sont surreprésentés dans les HLM : “Réalisée à partir du recensement de 2007, l’étude INSEE fait part de premiers constats. Il est d’abord question d’une surreprésentation de la population immigrée dans des logements appartenant au parc locatif HLM (habitation à loyer modéré). « 40 % des 75 300 immigrés de la région résident en HLM contre 12 % pour le reste de la population »“ http://www.fdesouche.com/218644-franche-comte-40-des-immigres-resident-en-hlm#

 

Une fraude au minimum vieillesse ?
Dernier exemple, celui des bénéficiaires du minimum vieillesse (allocation de solidarité aux personnes âgées ou ASPA), certains dénonçant la mainmise d’étrangers qui, n’ayant jamais cotisé en France, viendraient le toucher sur le territoire.
En réalité, pour bénéficier de l’ASPA, il faut, outre des conditions de ressources, résider régulièrement en France (plus de six mois par an) et, soit détenir depuis au moins dix ans un titre de séjour autorisant à travailler, soit être réfugié, apatride ou avoir combattu pour la France. La proportion d’étrangers (hors UE) parmi lesbénéficiaires de l’ASPA reste stable, autour de 30 %.
Les étrangers à la fois extra-communautaires et intra-communautaires représentent uniquement 6 % de la population française, donc les étrangers extra-communautaires en constituant 30 % des bénéficiaires de l'ASPA (5 fois plus) sont ultra-surreprésentés au sein des bénéficiaires du minimum vieillesse, ils en profitent d'avantage que les français qui eux ont cotisé toute leur vie en France. 

 

De plus, les migrants touchent des aides que n'a aucun autochtone comme l'aide aux demandeurs d’asile (ADA) et l'aide médicale d’État (AME).

 

 

 

 

Domination et privilèges des racailles colorées

 

Je tiens à revenir par ce court texte sur une critique qui m’est régulièrement faite depuis maintenant plusieurs années, par des contradicteurs souvent d’origine autrichienne ou d’obédience soralienne.
Il m’est reproché, selon moi de mauvaise foi, de m’attaquer à des faibles, à savoir, les racailles. Et ce serait faire preuve de facilité, voire de lâcheté, et d’inconscience, car cela stimulerait le choc de civilisation.
Autant le dire tout de suite, cette critique m’a toujours sidéré.
Tout d’abord, il convient de préciser que la critique des racailles a été chez moi on ne peut plus naturelle, car j’ai trop vu ces individus pourrir la vie quotidienne de braves gens, quand, plus brutalement, ils ne brisaient pas leur vie tout court. De fait, par la persécution qu’ils exercent au quotidien sur le peuple français, ils sont à mes yeux son bourreau.
Prétendre vouloir éviter le choc des civilisations était louable tant que ce choc, à l’échelle nationale, n’existait pas. Mais précisément, depuis au moins les années 90, il existe bel et bien à travers la persécution subie par le peuple français. Dès lors, je suis tenté de penser que la lâcheté réside non dans la dénonciation de ce phénomène, mais dans sa négation.
Ensuite, posons-nous la question : ces racailles, sont-elles de pauvres victimes dominées ou des malfaiteurs dominants ?
Ouvrons les yeux. De qui et de quoi parlons-nous ? D’individus à qui la République a confié des privilèges incroyables ; le premier d’entre eux étant celui d’avoir pu privatiser des pans entiers du territoire au profit de la très rémunératrice économie parallèle.
Grâce aux bastions de l’économie parallèle, les racailles bénéficient de sanctuaires dans lesquels la police ne viendra pas, ou peu, les chercher. Du fait de cette quasi-immunité, elles jouissent d’une sorte de supériorité sociale dans l’espace public, qui se traduit par un comportement incivique, voire délictuel ou criminel, presque jamais sanctionné par la loi ou la société.
Lorsque, par miracle, une racaille est finalement traduite devant la justice, elle n’est frappée que par des peines réduites, qui, en outre, dans bien des cas, ne sont pas intégralement exécutées. Les patriotes français, chacun suivra mon regard, auraient aimé bénéficier de telles mansuétudes, eux dont le seul crime est de se battre pour que la France continue à vivre.
Ce privilège exorbitant, qui consiste à agir, pour ne pas dire à nuire en toute impunité, fait-elle d’un individu un dominant ou un dominé ? Le fait de n’être touché que très exceptionnellement par la loi, rapproche-t-il davantage de la condition du dominant ou de celle du dominé ?
Nous évoquons ici des individus, mais il faut aussi préciser que la non-application ou, à tout le moins, l’application à géométrie très variable de la loi française s’étend à tous les territoires défrancisés.
Faut-il voir encore là-dedans une marque de persécution ou un privilège ? La logique et le bon sens y verraient plutôt un privilège.
En résumé, les racailles sont, en raison des privilèges que leur accorde la République, des dominants, qui, d’ailleurs, ne manquent jamais d’illustrer cette domination contre des Français impuissants, par des actes de violence ou d’humiliation.
Est-ce un crime que de s’opposer à cela ? Si oui, il faudra alors nous expliquer pourquoi. Il est vrai que mes contradicteurs ont souvent une parade assez grotesque, consistant à dire que la nuisance ici dénoncée, est le fruit de la manipulation – mettons les pieds dans les plats – des « siounistes ».
Pour faire simple, je dirais que je n’accorde ni crédit intellectuel, ni bonne foi, à ceux qui prétendent que les racailles sont hostiles aux Français à cause de l’action des siounistes.
On peut être agacé de certaines prétentions ou positions du CRIF, mais le rendre responsable de la pluie et du beau temps relève d’un véritable délire auquel aucun esprit sérieux ne peut souscrire.
Il est vrai que les racailles ne sont pas le seul bourreau de la France, et Dieu sait si le premier d’entre eux, est évidemment la République « française ». J’ajoute également que j’en veux bien plus aux Français restés passifs face au pourrissement de leur pays qu’aux racailles.
Mais l’existence d’un mal ne justifie pas l’existence d’un autre mal. 
Le mal, quel qu’il soit, est par définition illégitime et n’a pas vocation à perdurer.
Adrien Abauzit

 

http://suavelos.eu/les-racailles-sont-elles-des-domines-ou-des-dominants

 

 

 

 

Question juive 

 

Aussi, pourquoi les pourfendeurs d'une "domination blanche" et d'un "privilège blanc" ne s’attaquent pas aux juifs pourtant bien plus riches et dominants que les blancs et pourquoi ne nient t-ils pas le racisme que subit cette ethnie bien plus élevée socialement dans la société que la masse blanche ?

 

 

Ce classement ne mentionne que des personnalités d’origines juives. Pour le replacer dans un contexte plus large il convient de noter que parmi : 
- les 100 personnalités le plus influentes au monde du palmarès de Vanity Fair on compte une moitié de juifs (51%) 
- les 50 personnalités les plus riches du classement de Forbes, on compte 10 juifs (20%) 
- les 802 prix Nobel, on compte 162 juifs (20% ) (cf Yerouchalmi )
Cette surreprésentation des juifs (3/1000 au monde) est impressionnante et alimente les fantasmes antisémites les plus fous. Cela, alors que les juifs ont été des victimes au cours des siècles, qu’Israël est sous une intense pression militaire et économique et que les juifs du monde dans leur ensemble ont un pouvoir d’achat en moyenne comparable à leurs concitoyens, pays par pays concerné.

 

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Les-50-juifs-les-plus-influents-du-monde-7907.html

 

S'il y a une ethnie dominatrice oppressive, ce ne sont pas les blancs, mais une autre ethnie que les racistes anti-blancs n'attaquent jamais ;)

 

 

 

 

Conclusion

 

DEBUNKED !!!

 

Et c'est normal que dans un pays, il y a une domination autochtone et un privilège autochtone, sinon c'est que ce pays est colonisé... ce qui est le cas des pays occidentaux. Ceux qui sont contre le privilège autochtone et la domination autochtone, sont des colonialistes.



13/12/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres