Débunkons le gauchisme

Débunkons le gauchisme

Décodons les décodeurs : les journalistes sont bien majoritairement de gauche

 

Les journalistes, qui sont les chiens de garde du pouvoir, n'assument pas leur ligne éditoriale biaisée, partisane et militante : http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/02/06/quand-guillaume-peltier-ressort-une-vieille-intox-sur-les-journalistes-tous-de-gauche_5252590_4355770.html

Ils utilisent 3 sophismes pour qualifier d'intox la réalité de la surreprésentation des gauchistes parmi les journalistes, montré par un sondage.

 

52 % de vote à gauche et pas 96 %
Mais même compte tenu des très nombreux biais de cette « consultation », Guillaume Peltier cite un chiffre totalement faux. Voici les résultats de cette étude :

"Consultation" Internet de Harris interactive en 2012 auprès de 105 journalistes sur Twitter.

En additionnant les voix « de gauche » (Arthaud, Poutou, Mélenchon, Hollande, Joly), on parvient à un total de 52 % et non 96 %. Sachant que 13 % « ne se prononcent pas  ». On est donc bien loin du score dictatorial allégué par M. Peltier. D’ailleurs cette même « consultation » indique que 55 % – des 105 interrrogés toujours – ont voté Hollande au second tour, 19 % Sarkozy, 12 % abstention, blanc ou nul, et 15 % qui ne se prononcent pas.

 

Donc, Le Monde nous dit au final qu'il y a 53 % de journalistes qui ont voté à gauche au 1er tour des présidentielles de 2012, sauf que c'est 3 X plus que les 17 % de journalistes ayant voté à droite (Sarkozy, MLP et NDA) au 1er tour des mêmes élections, on a 3 journalistes de gauche pour un journaliste de droite ; quant au second tour des présidentielles de 2012, il y a eu aussi 3 X moins de journalistes ayant voté à "droite" qu'à gauche :  19 % pour Sarkozy et 55 % pour Hollande.

Le Monde confirme donc bien que le journalisme est un milieu gauchiste.

 

 

Nul besoin d’être un spécialiste en statistiques pour le savoir : 105 répondants ne constitue pas un panel suffisant pour un sondage, car les « marges d’erreur » (intervalles de confiance en l’espèce) sont bien trop importantes, de l’ordre de dix points.

 

Ainsi, on a une marge de 43-63 % de journalistes gauchistes et une marge de 7-27 % de journalistes droitards... ça fait toujours bien plus de journalistes gauchistes que droitards, même la fourchette haute de l'estimation de la proportion de journalistes de droite est bien plus faible que la fourchette basse de l'estimation de la proportion de journalistes de gauche (27 % contre 43 %).

 

Bref, au final, tous les journalistes ne sont pas gauchistes, ni 96 %, mais les journalistes sont en majorité de gauche.

 

En outre, un échantillon doit être représentatif pour être pertinent. Or ce n’est pas le cas ici : en 2012, les journalistes étaient loin d’être tous sur Twitter, qui concernait essentiellement les plus jeunes et ceux travaillant sur le Web ou dans la presse « parisienne ». Les journalistes de presse magazine, spécialisée ou régionale, de très loin plus nombreux au sein de la profession, étaient donc très probablement sous-représentés.

 

Les médias "parisiens" et présents sur le web sont ceux qui ont le plus d'audience en France.

 

Débunked !!!



08/02/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres