Débunkons le gauchisme

Débunkons le gauchisme

Il n'y jamais eu de mariage homosexuel hormis récemment en Occident

Les gauchistes souvent nous disent que dans certaines civilisations, le "mariage" gay a existé bien avant et ces mensonges sont présents au sein de Wikipédia : 

 

Des mariages entre personnes de même sexe ont eu lieu dans le passé.
Nombre d'empereurs romains s'engageaient dans des relations homosexuelles, certains s'étant même mariés à leur amant15 . L'empereur Néron épouse par exemple l'éphèbe Sporus, après l'avoir fait castrer16. Il apparaît que des unions entre deux personnes de même sexe ont tout à fait pu être considérées dans la Rome antique comme ayant les caractéristiques culturelles et légales du mariage. On sait par exemple que Cicéron pressait Curion l'Ancien d'honorer lui-même les dettes de son fils, qui les avait contractées au nom d'un autre homme, Antonious ; Cicéron décrit le fils de Curion et Antonious comme « unis dans un mariage stable et permanent, comme si on avait donné à Antonious la stola » (robe traditionnelle des femmes romaines mariées)17. Les lois de la République romaine n'interdisaient pas les mariages entre personnes de même sexe17.
L'émergence du christianisme va faire reculer ces pratiques, la situation se dégradant de plus en plus avec la déliquescence de l'Empire18.
Dans la Grèce antique, les hommes s'engageaient généralement dans des relations avec les deux sexes. Dans ce cadre, des relations de nature pédérastiques nouaient des hommes jeunes avec des adolescents, alors que des mariages hétérosexuels servant à la procréation étaient également pratiqués. Ainsi, si les relations homosexuelles n'étaient pas techniquement des « mariages », certains historiens les ont considérées comme des quasi-« équivalents » des mariages hétérosexuels19. Ainsi, le britannique Kenneth Dover estime que l'on peut rapprocher ces deux types de relations, notant comme communs le processus de « cour » de la part du « dominant » (l'homme) envers la partie « réceptive » (femme ou adolescent), l'implication de la famille de la partie réceptive dans sa prise de décision, et la forte désapprobation sociale de relations sexuelles en dehors du cadre du procédé formel de séduction19.
En étudiant les relations homosexuelles ritualisées en Crète de la même époque, d'autres historiens emploient bien le terme de « mariage »19.
L'universitaire italienne Eva Cantarella voit certaines relations lesbiennes dans des communautés féminines en Grèce antique comme des « mariages d'imitation »19.
Après la chute de l'Empire romain, l'Église entretient un certain flou : si elle condamne théoriquement les relations entre personnes de même sexe, parce qu'elles ne produisent pas d'enfants, elle tolère de fait des unions homosexuelles, que ce soit à l'intérieur même de son clergé, ou entre professeurs et étudiants dont elle a la charge20. Les sources qui nous sont parvenues attestent que l'Église participait activement à certaines cérémonies, dont l'objet était l'union spirituelle de deux personnes de même sexe20, que l'universitaire américain John Boswell considère comme de véritables mariages homosexuels sanctionnés par l'autorité religieuse21.
Il existe de nombreux documents attestant du fait qu'en dehors de l'Occident, nombre de cultures, particulièrement africainesamérindiennes ou asiatiques, acceptaient les relations entre personnes de même sexe, et également pour certaines les mariages homosexuels22.
Des explorateurs européens, notamment espagnols, rapportent dans leurs récits de voyage que des mariages homosexuels, y compris entre femmes, existent dans les cultures amérindiennes23 . Dans les Amériques pré-coloniales existaient les berdaches, personnes désignées comme mâles à la naissance mais ayant une identité plutôt féminine qui s'occupaient de certains travaux typiquement féminins ou qui officiaient en tant que shamans. Certains d'entre eux étaient mariés à d'autres hommes ; Crazy Horse, par exemple, comptait un berdache comme épouse24. En synthétisant les données universitaires disponibles en un ouvrage, The Spirit and the Flesh, Walter Williams indique que les berdaches sont une institution reconnue dans la majorité des tribus amérindiennes avant leur contact avec l'Occident25. Les hommes qui se mariaient avec des berdaches étaient généralement également attirés par les femmes25.
Il existait également des femmes berdaches, au comportement masculin, tenant généralement des rôles destinés aux hommes, comme la chasse ou la direction du foyer. Ces femmes pouvaient se marier à d'autres femmes selon un système de complémentarité de genre : une femme berdache, assurant les rôles masculins, ne peut se marier à une autre femme berdache26.
Des mariages homosexuels existaient dans l'Afrique pré-coloniale. L'anthropologue britannique Edward Evan Evans-Pritchard rapporte que des mariages homosexuels transgénérationnels étaient pratiqués dans la tribu des Azandes (vers ce qui est aujourd'hui le Soudan), entre des hommes et des garçons, considérés comme de véritables « épouses » ; les hommes dédommageaient financièrement la famille du garçon, et l'aidaient de temps en temps comme ils l'auraient fait de leur belle-famille, ils appelaient le garçon « ma femme » et se faisaient appeler en retour « mon mari » ; si un autre homme avait une relation avec le garçon, l'époux trompé pouvait engager une action en justice pour adultère27.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mariage_homosexuel

 

Réponse à ces hoaxs :

 

Quand les gauchos et Wikipédia confondent les contrats/unions d'affrèrement ainsi que les frérèches avec le mariage gay pour oser dire que les grecs, romains et chrétiens médiévaux faisaient des mariages gays...

source de ces hoaxs pro-"mariage" gay ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Mariage_homosexuel

En fait hormis aujourd’hui et en occident le mariage gay a existé uniquement dans quelques petites tribus africaines et amérindiennes... donc on peut dire que le mariage est par nature pour la procréation hétérosexuelle. Et encore ce n'étaient pas vraiment des mariages gay car les unions homosexuelles dans ces quelques tribus étaient distinguées des unions hétérosexuelles.

 

Certains gauchos diront que les contrats d'affrèrement pouvaient se rapprochaient d'unions homo... certes, mais c'est quand ces contrats étaient détournés de leur finalité fixé par la loi et l'Eglise.

 

Sur les mariages homosexuels dans l'Antiquité : j'ai peut-être été un peu rapide en disant qu'il n'y avait aucun antécédent de mariages homosexuels. Mais Néron qui épouse son esclave... Bof... Il est même possible que Suétone ait inventé cette histoire ou diffusé une rumeur afin justement de lui nuire ! La loi romaine n'interdisait pas les mariages entre personnes de même sexe, soit. Mais pourquoi n'usaient-ils pas plus de ce droit ? Eh bien parce qu'ils n'y avaient aucun intérêt... Un Romain se marie avec une femme, pour avoir des enfants, et puis c'est tout. Quant aux berdaches en Amérique, j'y avais pensé, mais tu remarqueras que dans cette disposition, il y a toujours une "homme" et une "femme" : les berdaches sont plus des femmes transgenres. À chaque fois il s'agit de reproduire le couple hétérosexuel, il ne s'agit jamais de mariages homosexuels tels qu'ils sont concevables aujourd'hui. Et l'autre grande différence entre ces "mariages homosexuels" et le mariage pour tous actuel, c'est que ceux-là relevent de la culture, tandis que celui-ci relève de l'idéologie. D'accord, on peut fonder une famille sans procréer, je te l'accorde. Mais l'adoption, dans nos sociétés, reste, dois rester, un cas particulier exceptionnel, un "accident". Le cas d'une famille homoparentale adoptive est différent de celui d'une famille hétéroparentale avec procréation, et je demeure convaincu qu'à des situations différentes, il faut des réponses différentes. Je suis contre un mariage homosexuel, mais pas contre un mariage des homosexuels. J'ignore si tu es pour ou contre la PMA et la GPA, personnellement je suis contre car leur légalisation impliquerait la reconnaissance d'un "droit à l'enfant", d'un recours à des procédés médicaux pour "faire" un enfant aux couples qui ne peuvent en avoir.

 

De surcroît, j’ajoute que dans la Rome antique, on ne pouvait pas être citoyen romain sans être né au sein d'un mariage, donc le mariage avait bien comme but sous la Rome antique de fonder une famille.

Et en France jusqu’en 1912 : il était strictement impossible d'avoir une filiation reconnue par l'Etat en dehors du mariage... le mariage en France a toujours eu comme finalité la reproduction hétérosexuelle.

 

Et enfin : 

 

Le mariage s'entend également comme « l'acte par lequel le couple se place dans une situation juridique durable afin d'organiser la vie commune et de préparer la création d'une famille »5. Le mariage est ainsi un acte officiel et solennel qui institue entre deux époux une communauté de patrimoine et de renommée appelée « famille » (ou foyerfeuménage) dont le but est de constituer de façon durable un cadre de vie commun aux parents et aux enfants pour leur éducation. Dans les sociétés traditionnelles, le mariage est l'alliance politique de deux familles ou de deux clans.
(...)
Le mariage est une institution qui a pris de multiples formes selon les peuples et au cours de l'histoire. Visant universellement à sanctionner un cadre voué au développement de la famille10, le mariage donne un statut particulier aux époux : il émancipe la personne, qui devient majeure, et lui donne des obligations envers son conjoint, sa future progéniture et la famille de son conjoint. L'établissement d'un mariage donne toujours lieu à une cérémonie publique, et souvent à une fête, l'ensemble étant appelé « noces »11.
(...) 
Le mariage a été décrit par l'anthropologue Claude Lévi-Strauss comme le socle pratiquement universel de la famille : « La famille, fondée sur l'union plus ou moins durable, mais socialement approuvée, de deux individus de sexes différents qui fondent un ménage, procréent et élèvent des enfants, apparaît comme un phénomène pratiquement universel, présent dans tous les types de société »8. Les époux « sont des individus de sexes différents et […] la relation entre les sexes n'est jamais symétrique »13.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mariage

 

Bref,  le mariage initialement a pour but la procréation et la création d'une famille (deux homos ne peuvent pas engendrer une famille) et par nature n'est pas homo.



26/10/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres