Débunkons le gauchisme

Débunkons le gauchisme

Les antifas infiltrés par les flics

" II - Les potes de nos calomniateurs infiltrés par la DCRI

 

Suite de notre article : « I - Les bidonnages répétitifs des calomniateurs du Grand Soir ».

 

 Il a été démontré dans l’article précédent que la hargne de nos adversaires remplace leur perspicacité et leur goût pour la vérité.

 

 Voyons à présent comment ceux qui prétendent nous interdire de nous montrer en public fricotent avec des "anti-fafs" qui ont passé des deals avec le police et comment un autre site nous  donne le (presque) fin mot sur l’agression que nous subissons depuis avril 2011.

 

 Article XI n’a jamais pris ses distances avec un de ses lecteurs nous menaçant de coups de manches de pioche. Chauffés à blanc par les calomnies de ce site, d’autres ont lancé une fatwa  pour empêcher notre présence dans un salon du livre, dans la rue, dans les quartiers, dans les villes.

 

 Novembre 2011. Le site lyonnais Rebellyon en appelle à la violence contre un administrateur du GS, nommément désigné), appel repris par d’autres sites, un peu partout : « Pas de fachos dans  nos quartiers, pas de quartier pour les fachos ! » http://rebellyon.info/Alerte-antifasciste-Maxime-Vivas.html

 

 Février 2012. Le même site ( http://rebellyon.info/)* pousse un long cri d’alarme contre les infiltrations réussies des « antifafs » lyonnais par la Direction Centrale du Renseignement Intérieur  (DCRI). Et de fournir un exemple où « un activiste, militant antifasciste de premier plan » rencontre un agent de la DCRI au commissariat et, après une discussion sur la lutte et sur « les derniers  squats publics ouverts », un accord est conclu : chacun renseignera l’autre. Un téléphone portable sera offert au « militant antifasciste de premier plan » qui sera régulièrement « invité dans des  halls d’accueil de grands hôtels lyonnais ».

 

Et le site de confesser que des militants, « ont régulièrement joué le rôle d’interlocuteurs pour la police ». Moyennant quoi ? : « renvoi d’ascenseurs » (on ferme les yeux sur vos activités militantes, on arrange quelques dossiers de régularisation à la préf, on vous file du blé...) » sans compter le financement de déplacements militants « aux frais du Ministère de l’Intérieur : « après tout toi ça te ferait plaisir d’y aller et nous ça nous arrange », ou encore possibilité « d’aller voir la préfecture en possession de captures d’écrans de discussions de fafs sur FaceBook ».

 


On dirait bien que nos intraitables détracteurs se vautrent dans un marigot de vendus, vénaux, mouchards, en toute duplicité et illégalité. Pire : si plusieurs militants, y compris les plus aguerris(« de premier plan » ) ont ainsi commercé avec la police, il est logique d’en déduire, compte tenu de la maigreur des effectifs de ces groupuscules d’« anti-fafs », qu’ils sont complètement gangrénés et que des agents des renseignements autres que ceux qui dépendent des autorités françaises y sont à l’oeuvre pour attaquer des sites comme Le Grand Soir.

 

(...)                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    "

 

 

Source : Le Grand Soir

 

*Article en question : https://rebellyon.info/Concernant-les-recentes-tentatives-d

 

Tout ça explique pourquoi des sites comme La Horde arrivent à avoir tant d'infos dignes des services de renseignement sur les "fachos".



21/04/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres