Débunkons le gauchisme

Débunkons le gauchisme

Les gauchos font diversion face au dévoilement de leurs liens avec le système

Réponse à un site prétendument de gauche et véritablement confusionniste, capitaliste, impérialiste et fasciste qui assimile dans un article les autres à tort et à  travers à des  fachos, confusionnistes et défenseurs du capitalisme : http://observatoiredesreseaux.info/2016/04/12/235/#more-235 

Les gauchos font ces assimilations foireuses car ils n'aiment pas qu'on évoque leurs connexions avec le système qu' ils nient sans argument.

 

Bon passons au débunkage des mensonges de "l'Observatoire des réseaux" : 

 

 

 

 

 

On connaît les obsessions délirantes de Benajam et de son mentor Meyssan. Il est donc hilarant mais pas inattendu de les voir s’embourber une fois de plus dans la théorie du complot qui leur sert de grille de lecture unique : l’ineffable Meyssan a d’ailleurs lui-même publié* sur le site de son réseau conspirationniste sa vision de l’événement : « Nuit Debout » serait l’oeuvre, forcément… de la CIA ! La preuve ? L’appel du collectif « Convergences des luttes » faisait référence au printemps arabe, au mouvement du 15M, à la place Tahrir, au parc de Gezi, derrière lesquels Meyssan voit la main… de la CIA ! Au point qu’on pourrait se demander si Meyssan n’est pas lui-même une blague… de la CIA !

 

Un mouvement roule bien pour la CIA quand il se réclame de révolutions qui furent soutenues par la CIA, les USA, l'Occident et l'OTAN. Et il n'y a pas que ça qui prouve que Nuit debout roule pour la CIA : 

 

Derrière ces quatre références et bien d’autres, on trouve un même organisateur : l’équipe de Gene Sharp, jadis baptisée Albert Einstein Institute [3] et aujourd’hui Centre for Applied Nonviolent Action and Strategies (Canvas), exclusivement financée par les États-Unis [4]. Des gens très organisés, directement liés à l’Otan et ayant une sainte horreur du spontanéisme de Rosa Luxembourg.
La non intervention de la préfecture de police, le discret soutien de l’Union européenne à Radio Debout, et la présence parmi les organisateurs de personnalités jadis soutiens d’Action directe [5] ne semblent pas poser de problème aux participants.
Bien évidemment, le lecteur se demande si je ne force pas la dose en voyant ici aussi la main de Washington. Mais les manipulations de l’équipe de Gene Sharp dans une vingtaine de pays sont aujourd’hui largement attestées et étudiées par les historiens. Et ce n’est pas moi, mais les organisateurs de « Nuit debout » qui font référence à ses actions.
L’équipe de Gene Sharp intervient avec des recettes toujours identiques. Selon les cas, les manifestations manipulées visent soit à changer le régime, soit au contraire à stériliser l’opposition, comme c’est le cas ici. Depuis 2000, cette équipe utilise un logo emprunté aux communistes pour mieux les combattre : le poing levé. C’est évidemment le symbole qu’à choisi « Convergence des luttes ».
JPEG - 33.5 ko
Le slogan de « Nuit debout », « On ne rentre pas chez nous », est nouveau dans la longue succession des opérations de Gene Sharp, mais il est tout à fait typique de sa manière d’intervenir : ce slogan ne comprend aucune revendication positive, ne propose rien. Il s’agit juste d’occuper la rue et de distraire les médias pendant que les choses sérieuses se déroulent ailleurs.
Le principe même de « Nuit debout » exclut toute participation des travailleurs. Il faut être bien noctambule pour pouvoir passer ses nuits à discuter. Les « salariés et les précaires » que l’on est censé défendre travaillent, eux, le matin et ne peuvent pas se permettre de nuits blanches.

 

http://observatoiredesreseaux.info/2016/04/12/235/#more-235

 

 

 

 

 

Il est intéressant de noter « l’amitié » exprimée par Benajam envers le nationaliste Sylvain Baron, dont le site antifasciste La Horde a révélé les menées grotesques pour infiltrer le mouvement « Nuit Debout ». Le même Sylvain Baron qui a chouiné partout qu’il avait été attaqué au couteau par de méchants « antifas » avant de reconnaître piteusement que le couteau n’était qu’une cigarette électronique ! En fait, il lui avait juste été signifié qu’un nationaliste qui déclare lui-même n’avoir rien à faire de la loi El Khomri et qui ne participe à aucune lutte sociale n’avait rien à faire dans un collectif organisé pour la « Convergence des luttes ».

 

Du coup, comme notre gentil observatoire n'a aucun argument face aux preuves qui démontrent que les gauchistes sont des agents du système, notre gentil observatoire essaye d'assimiler au fascisme ceux qui montrent que les gauchos sont des agents de la CIA. Notre gentil observatoire assimile Baron défendu par Benajam au fascisme en le traitant de "nationaliste" car l'observatoire pense que le nationalisme est fasciste, nous allons rappeler qu'il a toujours existé un nationalisme de gauche loin d'être fasciste, réac et raciste : 

 

Le nationalisme de gauche est une forme de nationalisme qui lie la cultivation d'une conscience nationale avec les principes d'égalité citoyenne, de souveraineté populaire, d'autodétermination nationale et de solidarité internationale1. Le nationalisme de gauche est souvent anti-impérialiste et anti-colonialiste2,3. Il s'oppose au nationalisme de droite, c'est-à-dire le nationalisme des nations dominantes, des mouvements racistes comme celui des nazis, de toutes les nations qui oppriment les nations ou cultures minoritaires sur leur territoire et, enfin, de toute nation qui subordonne les intérêts de l’humanité aux siens. Toutefois, certaines formes de nationalismes de gauche ont adopté des thèses ethno-différencialistes2. En France, le nationalisme de gauche trouve ses origines dans lejacobinisme de la Révolution française1.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Nationalisme_de_gauche

 

On peut être donc de gauche et nationaliste surtout quand on oppose la nation à l’impérialisme et au capitalisme (UE, OTAN, euro) mais les gauchos eux préfèrent le mondialisme impérialiste et capitaliste au nationalisme qu'il soit de gauche ou de droite.

 

Autre chose : La lutte sociale ce n'est pas des manifs contrôlées par des jaunes, réservées aux mondialistes et constituées à 99 % de bobos et d'enfants de bourgeois. De plus osef de la loi El Khomri dans le sens que cette loi est commanditée par l'UE http://www.upr.fr/actualite/le-projet-de-loi-el-khomri-est-la-consequence-directe-de-notre-appartenance-a-lunion-europeenne, cette loi n'est qu'une conséquence de l'UE que les gauchos-collabos du système n'attaquent pas.

 

 

 

 

 

C’est pourquoi il vitupère contre « les gauchistes mondialistes qui virent les nationaux des rassemblements ». Il fait là encore référence à Baron, évidemment. On notera au passage la finesse de sa profession de foi nationaliste qui prétend lutter contre le capitalisme sans s’en prendre au patronat et en luttant exclusivement contre la « finance mondialisée » (au nez crochu ?). Conception interclassiste nationaliste typique de l’extrême-droite. Avec un parrainage pareil, qu’il ne refuse pas, le pitre Baron aura du mal à nier appartenir à cette mouvance.
Capture d’écran 2016-04-11 à 18.04.24

 

Les gauchos-collabos du système nous sortent que s'attaquer à la finance internationale est antisémite (alors que Benajam est juif) et d’extrême-droite, les gauchos confirment encore une fois qu'ils sont des beaux larbins du capitalisme. Les gauchos aussi n'ont pas compris que pour s'attaquer au capitalisme, il faut s'en prendre en priorité aux grands rouages du capitalisme (actionnariat, finance internationale, haute bourgeoisie, marchands non-producteurs) et non aux petits rouages du capitalisme (patronat, entreprises non-financières, petite-bourgeoisie, bourgeoisie nationale, bourgeoisie industrielle) or les gauchos s'attaquent d'avantage à ce qui est en bas de la hiérarchie capitaliste qu'au sommet de la hiérarchie capitaliste, les gauchos ciblent d'avantage ce qui donne le moins d'huile à la machine capitaliste que ce qui donne le plus d'huile à la machine capitaliste. Les gauchos au final luttent bien moins contre le capitalisme que les anti-mondialistes.

Les gauchos prétendent combattre le capitalisme sans viser les principaux moyens et outils utilisés par le capitalisme pour dominer. Les gauchos "critiquent" le capitalisme sans viser les principales sources du capitalisme.

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2016-04-11 à 18.59.50
Par la grâce de Benajam, Baron se voit donc placé sur un podium en compagnie de son ancien gourou de l’UPR, le technocrate Asselineau, ancien conseiller de Pasqua reconverti dans la monomanie anti-européenne (agrémentée d’une petite obsession pour la CIA qui doit bien plaire aussi à Benajam). En compagnie aussi d’un certain général Tauzin, défenseur des génocidaires hutus, militant contre le mariage pour tous et soutien du général Picquemal, arrêté lors de sa participation à une manifestation raciste à Calais. Que du beau linge !

 

Et l’observatoire gaucho partage un lien de Libé qui est passé des mains des Rothschild aux mains de Drahi : https://fr.wikipedia.org/wiki/Lib%C3%A9ration_(journal)

L'observatoire défend de surcroit la CIA et les USA. Si Benajam copine avec le fascisme nationaliste, alors l'observatoire copine avec le fascisme capitaliste-mondialiste du nouvel ordre mondial.

Sinon Asselineau est vachement facho putain !!! Toutes les preuves là !!!!! : https://www.youtube.com/watch?v=EXdQRpSnzNs Le seul truc "facho" qu'il y a dans les prises de position d'Asselineau, c'est la défense de la souveraineté nationale contre l'impérialisme capitaliste (CIA, USA) et l'UE ultra-libérale... Sauf que l'anti-impérialisme, la souveraineté et l'anti-capitalisme n'ont rien de facho (au contraire, c'est même d’extrême-gauche), c'est facho seulement pour les larbins du système que sont les antifas qui assimilent tout ce qui est anti-système au fascisme. Les antifa sont des anti-France et non des anti-fascistes.

 

 

 

 

 

Quant à Baron lui-même, lorsqu’une internaute lui demande sous le post de Benajam : « Sylvain, ça ne te gène pas de laisser dire de la merde pareille sans répondre quoique ce soit ? », il ne trouve à répondre que ça :

Capture d’écran 2016-04-11 à 19.38.06
Bref, il ne réfute en rien le délire de Meyssan et Benajam sur une « révolution colorée » orchestrée par des « organisations étatsuniennes (autour de Soros) ». Il se contente de faire une classification des axes plus ou moins « noyautés » du mouvement « Nuit Debout ».

 

C'est impossible de réfuter la réalité et les faits.

 

 

 

 

 

 On en profitera pour alerter les nuitdeboutistes de Lyon, Lille et surtout Toulon, Bordeaux et Toulouse que le nationaliste Baron trouve leur mouvement assez « ouvert », ce qui devrait plutôt les inquiéter et les inciter à la vigilance.
Encore un exemple de la puissance d’analyse de Baron :
Capture d’écran 2016-04-11 à 19.48.52
Il est cocasse de voir Baron relayer à propos de son éviction de la place de la République un cliché (abondamment repris dans les milieux militants) qui montre un flic se préparant à se faire passer pour un anarcho-syndicaliste lors de la manif parisienne du 9 avril 2016 contre la loi El Khomri, et en tirer non pas la conclusion (évidente) que les flics en civil sont chargés d’infiltrer la manif pour y repérer des individus et/ou y jouer les casseurs (afin de discréditer le mouvement), mais une conclusion complotiste absurde, à propos de « milices » (?) qui auraient « le plus souvent » pour origine des « flics » et qui infiltreraient les réseaux « anarcho-libertaires » (sic). Lesquels flics seraient donc des « traitres ». On nage là dans un parfait scénario conspirationniste d’extrême-droite, dans lequel les antifascistes (en l’occurence simplement la commission « Accueil et Sérénité » de « Nuit Debout ») ne peuvent être que des agents du pouvoir — et dans l’idéal policier d’un fasciste, de tels agents ne peuvent être que des « traîtres ».

 

On demandera à nos chers gauchos, en quoi leur théorie est plus fiable et crédible que celle de Baron ? 

 

 

 

 

 

Face à ce terrible complot, les confusionnistes et autres cryptofascistes qui papillonnent avec Baron sur la page de Benajam ont une proposition :
Capture d’écran 2016-04-11 à 20.16.53
Les nuitdeboutistes de République sont donc prévenus : un « maximum d’eurolucides » (sic) pourrait s’inscrire « individuellement sur la liste des prises de parole » pour bourrer le mou des participants avec leurs obsessions. On restera néanmoins confiant dans le fait qu’un « maximum d’eurolucides », ça risque tout de même de se résumer à un Baron et quelques skinheads.

 

La messe est dite, les gauchos taxent de fachos et de confusionnistes les anti-UE. Le confusionnisme vient bien des gauchos qui assimilent l'anti-fascisme à l’impérialisme (atlantisme, USA, CIA) et au capitalisme (UE, euro, libre-échange, immigrationnisme). Les gauchos larbins du système en réalité assimilent l'anti-capitalisme et l'anti-impérialisme au fascisme, or historiquement l'anti-fascisme est anti-impérialiste et anti-capitaliste, historiquement le fascisme est capitaliste et impérialiste. De surcroît, le régime nazi voulait unifier l'Europe comme les libéraux et gauchos : 

http://www.upr.fr/wp-content/uploads/2014/05/10256516_10152453339857612_4915365446435087339_n.jpg

http://www.enquete-debat.fr/wp-content/uploads/2014/08/la-France-Europ%C3%A9enne-nazie.jpg

http://www.prechi-precha.fr/wp-content/uploads/2014/05/PSD-hitler-2.jpg

 

Sinon le PCF était anti-UE et anti-OTAN avant http://www.upr.fr/wp-content/uploads/quelle-analyse-parti-communiste-francais-1947-1980-analyse-pcf-construction-europeenne-1947-1980-pcf-europe-1978-1979-france-jeu-debatisse-dreyfus-laprat-streif.jpg

Le PCF était sûrement confusionniste et facho.

 

 

 

 

 
Laissons le dernier mot à l’impayable Etienne Chouard, qui ne pouvait rater cette occasion de nier la lutte sociale en cours pour lui substituer un processus constituant métapolitique et « non-clivant », donc complètement hors-sol et interclassiste   :
Capture d’écran 2016-04-11 à 21.56.13
« C’est précisément cette union populaire massive que les Talibantifas, milices anonymes imposant autoritairement leur police de la pensée à gauche, interdiront toujours, brutalement. Je le constate déjà dans le mouvement Nuit Debout place de la République. »

 

Les gauchos sont donc contre la démocratie directe de Chouard, ce sont ainsi des fascistes. Chouard est un homme de gauche non-marxiste, on peut être de gauche sans être marxiste, Chouard est un vrai démocrate qui considère que la démocratie n'est pas seulement réservée aux marxistes et à leur idéologie. Les gauchos pensent que seul une partie du peuple a son mot à dire, ce sont des fachos.

 

 

 

 

 

Il faut croire que seuls les fascistes  sont désormais les frères humains d’Etienne Chouard.

 

Les frères humains de Chouard sont les partisans de la démocratie directe et intégrale, or les fascistes antifRaNCE n'en font pas partie. Le fascisme c'est le refus de la démocratie, de la liberté de pensée et d’expression.

 

 

 

 

 

« Milices », vous avez dit « milices » ? « Talibantifas » (on croirait un calembour de Le Pen) ? Et non pas « frères humains » ? Il faut croire que seuls les fascistes  sont désormais les frères humains d’Etienne Chouard. Il a choisi son camp : celui des Baron, Benajam, Soral, etc. qui au-delà de leurs divergences, emploient le même vocabulaire et partagent la même vision complotiste du monde. Le camp de l’extrême-droite antisociale.

 

Les gauchos sortent souvent aussi le terme "catholiban". D'ailleurs l'anti-catholicisme des antifas me fait penser à Hitler qui était un cathophobe forcené : http://www.viveleroy.fr/+Citations-de-Hitler-sur-les,14+

Votre refus du dialogue, votre refus du débat, vos contrôles et vos chasses dans les rues et manifs, votre opposition à liberté d’expression et d'opinion, votre sectarisme, etc... me font penser à Hitler.

 

Sur le "complotisme" : Dénoncer les complots des capitalistes c'est être fasciste ? Vous partagez la même vison du monde que l'oligarchie politique, médiatique et ploutocrate, vous êtes dans le camp du capitalisme. Votre vocabulaire est similaire à celui du MEDEF qui dit «Restons un pays ouvert, qui accueille de nouvelles cultures et profite du métissage», «Les migrants sont un atout pour la France» et «l'accueil décent des migrants est un impératif moral, mais c'est également une occasion économique à saisir».

http://www.liberation.fr/futurs/2011/04/16/le-medef-pour-l-immigration-et-contre-la-prime-de-1000-euros_729656

http://www.leparisien.fr/economie/patronat-pour-gattaz-les-migrants-sont-un-atout-pour-la-france-11-09-2015-5083327.php

 

Vous avez choisi votre camp : le camp du capitalisme, de l’impérialisme et du fascisme contre l'anti-capitalisme, l'anti-impérialisme et la démocratie directe.

 

 



15/04/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres