Débunkons le gauchisme

Débunkons le gauchisme

Les hoaxs de Slate sur Pétain et Vichy

Réponse à cet article de Slate qui essaye de contredire Zemmour sur Pétain : //www.slate.fr/story/119925/zemmour-kippa-precheur-petainiste

Les gauchistes cherchent absolument à diaboliser le régime de Vichy pour des intérêts idéologiques.

Qui contrôle le passé, contrôle le présent.

 

JOEL SAGET / AFP

 

Ce serait grâce à Vichy, son existence même et sa pratique, que les «israelites» français (Zemmour affectionne ce vocabulaire daté) eurent la vie sauve, tandis que les juifs étrangers, majoritairement immigrés de l’Est, les «ashkenazes» (Zemmour use avec une obsession quasi-raciale de ce terme) étaient livrés à la déportation.

 

Zemmour n'use pas du terme "ashkénaze" avec une obsession raciale, puisque les ashkénazes racialement ne sont pas juifs, ils sont de la même race que les européens antisémites qui ont persécuté les juifs durant les années 30 et 40, les ashkénazes sont des européens de l'est convertis au judaïsme.

 

Une pratique de realpolitique nationale et cynique, que Zemmour, au fil de ses propos, ne désapprouve en rien. Il admet que les lois raciales de Vichy étaient antisémites: l’abrogation du décret Crémieux, dénationalisant les juifs d’Algérie, ne visait-elle pas sa propre famille! Mais ces lois n’étaient pas exterminationnistes, et, ajoute-t-il, elles pouvaient se comprendre, tant il existait dans le peuple français une rancœur envers les juifs à la veille de la guerre.

 

Le décret Crémieux était raciste et discriminatoire, puisqu'il accordait la nationalité aux juifs d’Algérie et non aux musulmans d’Algérie. L’abrogation de ce décret fut anti-raciste et égalitaire.

Enfin le monde entier était antisémite avant 1945 (//radioislam.org/juifs/index.htm), il n'y avait pas que les fascistes et nazis qui étaient antisémites. Donc oui, l'abrogation du décret Crémieux était compréhensible et sûrement pas exterminationniste, vu que la terre entière dans toute l'histoire fut antisémite avant 45.

 

 

 

L'antisémitisme d'Etat

 

Posons ceci. Zemmour brandit des banalités. L’effet retard de la zone non-occupée –lieu du pouvoir fantoche de Pétain– sur le destin des juifs est une réalité physique que toute famille juive passant la ligne de démarcation, entre 1940 et 1942, connaissait. De même, l’introduction de la xénophobie dans l’antisémitisme pétainiste. De même, la différence entre l’antisémitisme d’État vichyssois, qui prétendait libérer la société Française de ses juifs, présumés irréductibles à l’intérêt national, et la rage de Hitler et de ses émules. Être chassé de la Nation n’est pas être gazé, enfin! C’était pour autant un préambule. Hitler, avant d’en venir à l’extermination, avait commencé par priver les juifs de leurs droits de citoyen, comme Pétain après lui… Mais ensuite?

Et les juifs français etaient les premiers à se plaindre des problèmes que causaient les juifs ashkenazes

Éric Zemmour

 

Cette dispute est inconfortable par l’idée qu’elle induit. Si l’antisémitisme peut s’arrêter avant les chambres à gaz, devient-il une option acceptable? Si un statut discriminatoire n’est pas un assassinat, fait-il partie de l’arsenal tolérable d’un État? Il n’est pas inintéressant que ce soit Éric Zemmour, ce soir-là coiffé d’une kippa, invité à prêcher à la Victoire, prophête juif et plus seulement national, qui le suggère. Il est tragique que sa vigueur anti-immigrés lui ait valu, un instant, l’intérêt d’une synagogue, avant qu’elle ne soit horrifiée. Il faut reprendre son texte. L’usage qu’il fait des banalités qu’il assène est fascinant. L’homme est d’une impavidité de faussaire et d’une habileté de contrebandier. Son discours glisse d’une observation supposée objective de la situation de 1940 à l’instillation de ses convictions profondes. Il évoque ainsi les prémisses des lois anti-juives de Pétain.

 

Donc selon Slate, l'antisémitisme d'Etat qu'a notamment appliqué le régime de Vichy est identique et comparable à ce qu'a fait subir Hitler aux juifs...
Selon cette logique, ce qu'on fait subir via le statut de dhimmi durant le moyen âge les pays musulmans aux non-musulmans, est identique et comparable à ce qu'a fait subir Hitler aux juifs. Ce qu'a fait l'islam au moyen-âge et ce que prescrit le coran sont autant condamnables que le III ème Reich dans ce raisonnement.

 

«A l'époque, on estime que les juifs ont trop de pouvoir, qu'ils ont trop de puissance, qu’ils dominent excessivement l’économie, les medias, la culture françaie comme d’ailleurs en Allemagne et en Europe. Et d’ailleurs c’est en partie vrai (…). Il y avait des Français qui trouvaient que les juifs se comportaient avec une arrogance de colonisateur. Et arrive encore l’immigration des juifs d’Europe de l’est et de l’Allemagne. La France est le pays qui a reçu le plus de réfugiés. Et c’est la France qui a subi le plus de conséquences. Les medecins français se plaignaient que les medecins juifs leur volent leur clientèle. Il y avait des concurrences terribles. il y avait des trafics. Il y avait l’affaire Stavisky. Tout ça n’a pas été inventé par les antisémites. Et les juifs français etaient les premiers à se plaindre des problèmes que causaient les juifs ashkenazes.»
Tout est dans une phrase: «Et d’ailleurs c’est en partie vrai»… Vrai donc qu’en 1940, les juifs sont des colonisateurs? Arrogants? Voleurs de pratiques? Tenant les medias? Si c’est«en partie vrai», Zemmour est «en partie» fasciste.
 
Donc être antisémite, c'est être fasciste ? Dans ce cas ces centaines d'hommes illustres qui ont tenus des propos antisémites sont tous fachos : //radioislam.org/juifs/index.htm
 
Enfin, juste un truc : quand on dit que les blancs sont des colonisateurs, des gens surreprésentés dans les médias, des voleurs, des pilleurs, des gens tenant le pouvoir... C'est considéré comme de l'anti-racisme, mais quand on dit ça des juifs, c'est considéré comme raciste.
 
Les faits sont les faits, cela s'est vraiment passé : " Il y avait des Français qui trouvaient que les juifs se comportaient avec une arrogance de colonisateur. Et arrive encore l’immigration des juifs d’Europe de l’est et de l’Allemagne. La France est le pays qui a reçu le plus de réfugiés. Et c’est la France qui a subi le plus de conséquences. Les medecins français se plaignaient que les medecins juifs leur volent leur clientèle. Il y avait des concurrences terribles. il y avait des trafics. Il y avait l’affaire Stavisky. "
Libre à vous de lâcher des insultes "antisémite" ou "fasciste", c'est la réalité et les faits que vous insultez ainsi.
 
 
 
Falsification de l'histoire
 
Il défend «en partie» ce que les feuilles antisémites assenaient, avant la guerre et et après la défaite. En partie seulement. Il est «en partie», compréhensif pour les raisons de ceux qui hurlèrent au massacre. En partie chez Brasillach? À l’Action française dont le nationalisme intégral l’a inspiré?

 

l'Action française n'a jamais appelé à éliminer physiquement les juifs : Maurras le chef de l'AF prônait un antisémitisme d'Etat, il voulait simplement donner aux juifs un statut semblable au statut de dhimmi dans les pays musulmans.

 

 

Ce n’est pas faire injure à un homme que de dire d’où il parle. Zemmour est de l’extrême droite française –pas simplement celle d’aujourd’hui, quelle dégénérescence, mais l’authentique, celle d’avant quarante, dont il est l’interprète et l’avocat. 

 

Donc, les gauchos admettent que l'extrême-droite actuelle n'est pas authentique contrairement à celle des années 40. Bref, les gauchos confirment que ce qu'ils taxent aujourd’hui d'extrême-droite n'est pas vraiment d'extrême-droite, le terme "extrême-droite" actuellement est bien un anathème.

 

«On» est le fascisme de l’époque, et cette histoire de puissance juive n’était pas une opinion banale: c’était l’opinion des fascistes.

 

Pas seulement des fascistes : //radioislam.org/juifs/index.htm

 

C’est la grande falsification de Zemmour. Laisser supposer que seuls les «ashkenazes» et la detestation qu’ils inspiraient faisaient naître un antisémitisme dont la véritable France aurait été immune sans cette immigration-agression. Las… L’antisémitisme pouvait aussi se passer de métèques. Entre l’affaire Dreyfus, la haine de Blum et Vichy, c’était entre nous, Français, que se jouait une méchante partie. Charles Maurras, idéologue de l’antisémitisme d’État, qui pourfendait les «États confédérés» hostiles à la Nation, ragera, condamné à la Libération: «C’est la revanche de Dreyfus»… C’est cette partie de la France qui prit le pouvoir en 1940. Ce sont les héritiers de cette France qui entendent Zemmour avec ravissement –les autres sont des dupes.

 

Il y a toujours eu de l'antisémitisme, mais l'immigration massive ashkénaze a amplifié gravement l'antisémitisme durant les années 30 et 40.

 

Cette falsification n’est pas sans but. Zemmour, qui entretient méthodiquement l’hostilité contre les arabos-musulmans dans la France conrtetemporaine, puisque l’immigration nous détruirait, valide en passant par Vichy la «préférence nationale» qu’il appelle de ses vœux. Il le dit, à La Victoire. Au fond, il faut minimiser ce que Pétain faisait aux juifs -simplement des lois d’exceptions, simplement des dénaturalisations- puisqu’il faudra en venir là pour nos « États confédérés », bistres et mahométans. Zemmour n’est pas un juif timide. Il offre la diginité de son être à sa violence contemporaine. C’est presque admirable.

 

La préférence nationale vient de la gauche, pas de Pétain : //histoirerevisitee.over-blog.com/dossier-petite-histoire-de-la-preference-nationale.html

//www.fdesouche.com/33010-marianne-la-preference-nationale-vient-de-la-gauche

 

 

 

Ici, Londres

 

Zemmour-Stal, Zemmour-Silbermann, Zemmour fasciste (seulement en partie) qui aimerait que notre fascisme n’ait pas tant fait de mal, qui s’arrange bien de Vichy, puisqu’un nationalisme est sa cause sacrée. Il en rajoute alors, diffamant au passage ce que la France a connu de meilleur.

 

Pour tout historien sérieux, le régime de Vichy n'était pas un régime fasciste, c'était un simple régime autoritaire conservateur. Pour la plupart des spécialistes, le régime de Pétain était bien plus un régime contre-révolutionnaire, traditionaliste et réactionnaire qu'un régime fasciste.

 

 

Pour Zemmour, l’antisémitisme provoqué par «l’influence juive» était si courant, si normal, que même le gaullisme le véhiculait. Comment, alors, en vouloir à Pétain? «Il faudrait lire les témoignages des français libres de 1940 qui sont pour la plupart très remontés contre les juifs, très remontés contre l’influence juive qu’ils estiment néfaste et qui a préparé la défaite.» Textuellement, à la Victoire. Les Français libres. Évidemment, quelle saloperie! Ni les pêcheurs de  l’Ile de Sein, ni Leclerc, ni Koenig, compagnon d’arme de la Légion juive de Palestine dans le désert de Lybie, ne méritent cela. Il y avait chez de Gaulle des radicaux et des socialistes, des maurrassiens qui abandonnaient les violences de leur maître en entrant en résistance, il y avait des juifs et des antisémites, qui cessèrent de l’être dans le combat commun…
C’est à Londres, justement, que se purgeaient les insanités d’avant-guerre. Mais Zemmour n’aime pas Londres –et se le réinvente. Il fut un homme, qui correspond à la généralisation du polémiste. Il s’appelait Pierre Tissier, conseiller d’État et héros, entré antisémite chez De Gaulle, et s’indignait devant le général de l’arrivée à Londres de Georges Boris, juif et proche de Léon Blum. De Gaulle l’envoya bouler. Tissier, en pleine résistance, prônait pour la France libéréée un statut des juifs un peu soft. Il était le seul. Il n’était pas «la plupart des gaullistes», mais certainement le gaulliste auquel Zemmour, dans son étrangeté, doit trouver du charme.

 

De Gaulle lui même tenait des propos antisémites :

 

Juin 1944 : De Gaulle n’est rejoint que par une troupe hétéroclite. «Encore un juif… », soupire-t-il, quand on lui annonce le ralliement de Georges Boris, ancien secrétaire de Loewenstein et ex-directeur de la Lumière, conseiller financier (cité par J.-R. TournouxPétain et De Gaulle. Plon 1964).

 

 

« Je n’aime pas les youpins. »(Cité par André Le Troquer, La parole à Le Troquer, La Table Ronde 1962).

 

//www.de-gaulle.info/citations.shtml

 

"Certains même redoutaient que les juifs, jusqu’alors dispersés, mais -qui étaient restés ce qu’ils avaient été de tout temps, c’est à dire un peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur, n’en viennent, une fois rassemblés dans le site de leur ancienne grandeur, à chan­ger en ambition ardente et conquérante les souhaits très émouvants qu’ils formaient depuis dix-neuf siècles." (Conférence de presse du 27 novembre 1967 / voir la vidéo sur le site de l'Ina) –

 

//archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2010/11/09/2298219_et-si-on-rappelait-ce-que-de-gaulle-disait-des-juifs-des-arabes-et-des-noirs.html

 

Enfin, plein de résistants étaient issus de l'extrême-droite antisémite : https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9sistance_int%C3%A9rieure_fran%C3%A7aise#Droite_dure.2C_extr.C3.AAme_droite_et_vichysto-r.C3.A9sistants

 

 

 

 

Camps de concentration 

 

Zemmour dit, à quelques minutes de distance, qu’on ignorait tout du sort funeste des juifs déportés, mais que Pierre Laval, président du Conseil de Pétain, dès que furent connus les massacres à «Auschwitz et tout ça» (sic) refusa de participer à d’autres déportations. Las. Cet humanisme est une ritournelle hypothétique. Laval faisait de la politique avec les convois…

 

Je rappelle qu'avant 45, quasiment personne parmi les alliés étaient au courant de la Shoah... Il n'y a pas que Laval qui ignorait la mythique Shoah. 

 

Zemmour assimile Stavisky, bourgeois et fils de dentiste, dont les escroqueries démontrèrent la corruption de la République radicale, aux immigrés des années 1930? Le bel Alexandre, qui ignorait caftan et papillottes, l’aurait bien mal pris!

 

Stavisky était un immigré issu d’Ukraine pour rappel.

 

Zemmour n’est pas très intéressé par la vérité des morts. Il dit que 100% des juifs hollandais furent tués pendant la guerre, puiqu’ils n’avaient pas de Vichy pour les protéger. Non, 20% survécurent. Dont la famille de ma mère. C’est un peu plus qu’un détail. Il y a juste un moment où la promenade spécieuse dans les cadavres devient désobligeante.

 

80 %, ça fait quand même une écrasante majorité de juifs hollandais morts... Alors que seulement 25 % des juifs français furent morts.

 

En d’autres temps, une synagogue de bon ton n’aurait pas invité un juif tenant le discours des antisémites. En d’autres temps, des républicains de bonne tenue auraient jugé indigne de considérer cet homme. En d’autres temps, il se serait trouvé quelqu’un pour lui demander raison, parce que l’idée de la France n’est pas une plaisanterie. Nous sommes à l’ère des clowns. Il en est un, qui a grimacé à la Victoire, où psalmodiaient jadis les anciens combattants, où résonne toujours la prière à la République.

 

Un juif peut se haïr lui-même... Je ne savais pas !  Donc pour ne pas être antisémite, faut diaboliser Pétain et exagérer ses méfaits ?

Autre chose : plein de grandes figures de la révolution française, des lumières, de la résistance et de la république ont tenu des propos antisémites. 



23/06/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres