Débunkons le gauchisme

Débunkons le gauchisme

Lexique de novlangue debunked

Les gauchistes comme on le sait, sont des grands adeptes du novlangue, donc sans surprise ils ont fait un article altérant complètement le sens des mots utilisés par leurs adversaires, donc débunkons leur novlangue qui est leur seul argument : 

 

https://feudeprairie.wordpress.com/2013/01/31/petit-lexique-de-lextreme-droite/

 

Banques

 

Banques: On commence avec du lourd. En effet le droitard n’a qu’un mot à la bouche quand il s’agit de problèmes économiques: les banques! Ou la finance, pour lui c’est pareil. Tous les problèmes économiques viennent de là. Bien sûr, c’est extrêmement pratique. La récupération d’un discours « de gauche » est ici flagrante, associée aux vieux fantasmes de la droite nationale.

 

Quelle récupération d'un discours de gauche ? La gauche est à la base libérale, bourgeoise et capitaliste, à cette époque, la gauche s'opposait à la droite royaliste et féodaliste.

 

La finance (forcément apatride) est opposée au bon capitalisme du gentil patronat français qu’il faut défendre.

 

La finance en tous cas n'est sûrement pas l’ennemi de la libre circulation des hommes et des marchandises défendue par les gauchos. Et on ne dit pas que le patronat national est gentil, on dit qu'il est moins pire, il est plus facile pour un ouvrier de gagner face à un patronat national que contre un patronat international allié aux gauchos.

 

Toute politique anticapitaliste devient donc une trahison de celui ci au profit des banques.

 

Depuis quand les gauchos sont pour une politique réellement anti-capitaliste ? 

 

Et tout gauchiste est accusé d’être un « idiot utile de la finance ». Car attaquer les banques, qu’est ce que cela signifie? Rien, bien sûr. C’est du pur populisme.

 

S'attaquer aux banques, c'est s'attaquer au système usurier et à l'économie virtuelle qui aspire les richesses de l’économie réelle... c'est clair.

 

Pour nous, il est évident que si on « arrive au pouvoir », les banques perdront leur raison même d’exister; nous n’en faisons donc pas tout un flan et nous nous concentrons donc sur l’exploitation que nous subissons.

 

Les gens au sommet de la pyramide de l’exploitation sont les financiers, usuriers et banquiers, ce que vous cachez les collabos du système. 

 

Les gauchos aussi n'ont pas compris que pour s'attaquer au capitalisme, il faut s'en prendre en priorité aux grands rouages du capitalisme (actionnariat, finance internationale, haute bourgeoisie, marchands non-producteurs) et non aux petits rouages du capitalisme (patronat, entreprises non-financières, petite-bourgeoisie, bourgeoisie nationale, bourgeoisie industrielle) or les gauchos s'attaquent d'avantage à ce qui est en bas de la hiérarchie capitaliste qu'au sommet de la hiérarchie capitaliste, les gauchos ciblent d'avantage ce qui donne le moins d'huile à la machine capitaliste que ce qui donne le plus d'huile à la machine capitaliste. Les gauchos au final luttent bien moins contre le capitalisme que les anti-mondialistes.

 

Les gauchos prétendent combattre le capitalisme sans viser les principaux moyens et outils utilisés par le capitalisme pour dominer. Les gauchos "critiquent" le capitalisme sans viser les principales sources du capitalisme.

 

Pour le droitard, la banque est un excellent épouvantail. Il ne met rien de concret derrière ces mots

 

L'économie virtuelle qui prend le pas sur l'économie réelle par le vol et l'usure... Ça n'a rien de concret ?

 

et s’en sert comme d’une caution anti-libérale sensée légitimer son discours social. Car combattre les banques peut toujours être repoussé à plus tard, et sonne bien dans un discours: personne ne s’en inquiète vraiment… Surtout pas les banques elles mêmes.

 

Personne s'inquiète des banques ? Ah bon ? Hormis les collabos du système et gros bourgeois, qui donc s'en fout des banques ?

Et les banques ont soit-disant aucunement peur quand on les attaque lol ?

 

Cela permet de ne soutenir aucun mouvement social, de ne jamais participer à aucune lutte.  Mais la banque n’est pas une tare de la libre-entreprise et du petit commerce: elle en est une conséquence. Prétendre attaquer le premier sans attaquer le second est un mensonge populiste.

 

Le libre commerce et la libre-entreprise, c'est vraiment opposé à la concentration croissante du capital provoquée par la finance dans des pays libéraux et par l'Etat dans des pays communistes. Aussi, le marxisme est une conséquence de la révolution française libérale et bourgeoise. 

 

 

Bien-pensance

 

Bien-pensance: Terme général censé qualifier (pour simplifier) la pensée des « riches oligarques de gauche » méprisant « le petit peuple patriote ». Aussi appelée angélisme,pensée unique, etc. Quand on parle de mots vides de sens…

 

Mot vide de sens seulement pour les gauchos de ton genre qui ne comprennent pas ces mots.

 

Dans le fantasme développé par les droites, les notions de classes sociales sont déformées et corrompues pour tenter de les faire coller à un imaginaire nationaliste. Car même à droite on ne peut nier les inégalités sociales. Alors, on tente de les inverser. Non, l’antiracisme et l’égalitarisme ne sont pas un « nouveau totalitarisme » imposé par les élites: au contraire, ce sont des valeurs portées par les classes populaires contre la bourgeoisie (appelons les choses par leur nom).

 

L'égalitarisme féministe et l'anti-racisme sont des combats capitalistes.

 

L'ensemble de l'oligarchie capitaliste est pro immigration, les capitalistes l'avouent eux mêmes : 

//www.clubpatrimoine.com/article/UBS_preconise_un_doublement_de_l_immigration_pour_soutenir_l_economie-a23737.aspx

//www.leparisien.fr/economie/patronat-pour-gattaz-les-migrants-sont-un-atout-pour-la-france-11-09-2015-5083327.php

//www.liberation.fr/futurs/2011/04/16/le-medef-pour-l-immigration-et-contre-la-prime-de-1000-euros_729656

//www.bvoltaire.fr/floriantoumit/grande-banque-service-de-limmigration-clandestine,184990 

 

L'oligarchie capitaliste est féministe :

https://www.youtube.com/watch?v=f1I6vZ3OCk0

https://www.youtube.com/watch?v=_ZxTeeYbNIY

https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/hphotos-xfl1/v/t1.0-0/s480x480/12813915_1058538954219615_2204421760678327876_n.jpg?oh=b22b30e2183d6bc475f899a317824dca&oe=5797B65C

 

Enfin : "enfin la liberté et l'égalité c'est une humanité composé que de simples consommateurs/producteurs interchangeable sans aucune identité (sexuelle, ethnique, etc...) et détachés de tout groupe ? des individus qui n'ont plus aucune frein (famille, groupe, identité sexuelle ou ethnique, etc...) pour consommer n'importe quel produit sans limite et occuper n'importe quel travail proposé par le patron ?"

 

 

 

Autre chose les classes populaires sont bien plus hostiles à l'immigration que les classes supérieures :

 

"Plus révélateur encore, c’est dans les catégories supérieures(61 % à partager l’affirmation) que le rejet de l’immigration est le moins prononcé. Dans les classes populaires, en revanche, 73 % des employés et 80 % des ouvriers ressentent cette “préférence immigrée”. On observe, de même, un crescendo de l’exaspération selon que les sondés vivent ou non éloignés des beaux quartiers parisiens d’où viennent les leçons de morale de la gauche bien-pensante. Ainsi, 76 % des habitants des communes rurales répondent oui à cette question, tout comme 66 % de ceux des villes de province. Les habitants de l’agglomération parisienne ne sont en revanche “que” 59 % à partager cette opinion."

//www.valeursactuelles.com/politique/sondage-exclusif-limmigration-nest-pas-une-chance-pour-la-france-41964

 

"Notons que s’ils sont diffus, les préjugés à l’égard des Roms migrants ont tendance à être plus fréquents parmi les plus âgés, les catégories sociales défavorisées, les personnes les moins diplômées et les sympathisants de droite. Le préjugé selon lequel ils vivent essentiellement de vols et de trafics est ainsi partagé par 77% des 50 ans ou plus (contre 62% des moins de 30 ans), 85% des ouvriers (contre 56% des cadres et professions libérales), 78% des sans diplôme (contre 50% des plus de Bac + 2) et 80% des sympathisants de droite (contre 56% de ceux de gauche)."

https://www.csa.eu/multimedia/data/sondages/data2013/opi20130321-Barometre-CNCDH-pour-publication.pdf

 

//www.regards.fr/web/article/ouvriers-employes-jeunes-la

 

https://www.les-crises.fr/le-resultat-des-departementales-en-1-graphique-50-des-ouvriers-votent-fn/

 

 

Zemmour ou Soral ne sont pas de courageux chroniqueurs allant à « contre courant » de la pensée unique, ce sont des bourgeois squattant les plateaux télés comme leurs potes encartés à l’UMP ou au PS. Ils se répondent et participent à la même confusion anti-politique. Les vrais idiots utiles sont donc les droitards qui défendent une faction de la bourgeoisie contre une autre… Le chauvinisme, le racisme, les valeurs élitistes poussant au cannibalisme social, infectent les classes dirigeantes et représentent par contre véritablement une pensée hégémonique. Les divisions sur des questions sociétales ne doivent pas faire oublier l’accord de tous sur les fondements économiques et politiques du système. Montebourg ou Valls ne remettent pas plus en cause que Zemmour les mythes républicains…

 

Sur le plan sociétal, les gauchos ont la même idéologie que l'élite ;) Sinon les féministes et "anti-racistes" dans les mass médias ont amplement plus de tempes de parole et sont beaucoup moins anathématisés que les "racistes" et "sexistes".

 

 

Bobos

 

Bobos: Toute personne supposée de pratiquer cette « pensée unique » (comprendre: refuser les idées du FN, en gros) est étiquetée bobo. Le bobo est un habitant des quartiers bourgeois, se voulant alternatif et « de gauche » et sensé participer à une certaine décadence sociale selon les droites. Si toute une partie de la gauche bourgeoise a adopté ce mode de vie et contribue à gentrifier les quartiers populaires, il n’y a pas de quoi fantasmer dessus. Cela doit pousser à adopter une analyse de classe. Or dans les commentaires fafs on trouve généralement des assimilations délirantes du type « les bobos antifas », etc, visant à décrédibiliser toute contestation de leur politique en mélangeant tout. Quand on connait les origines sociales (souvent très populaires) des militants antifascistes et leur rejet des (véritables) bobos, il y aurait de quoi rire.

 

Les antifa sont des bourgeois. Deux preuves : ils sont tous blancs, ce sont souvent des étudiants qui font de longues études et ils sont ultra-surreprésentés dans les universités, à Sciences Po et dans les facs où ils exercent une forte pression.

 

Enfin le FN a l’électorat le plus populaire (les riches sont ceux les plus opposés au FN) : 

//www.regards.fr/web/article/ouvriers-employes-jeunes-la

https://www.les-crises.fr/le-resultat-des-departementales-en-1-graphique-50-des-ouvriers-votent-fn/

 

 

Notons par contre l’intéressant développement d’un « boboïsme de droite » si l’on peut dire, avec toute une série de commerces « militants » pour les classes moyennes se rêvant prolos patriotes et n’étant que riches réacs. Quand on voit les prix délirants affichés pour la participation au « soirées nationalistes » ou les galas au champagne du FN, on sait au moins de quel côté les classes populaires ne sont pas.

 

A la différence, c'est que les bobos de droite ne réclament pas de l'immigration qu'ils ne vont pas subir.

 

 

Fascisme

 

Fascisme: Pour les droites, ce terme est employé à tout va pour désigner, au choix, le « fascisme rouge » des communistes, le « fascisme vert » des musulmans, etc. Bref, il ne signifie rien. Il ne sera bien sûr jamais appliqué au FN qui comporte pourtant historiquement un certain nombre de critères clairement fascistes et dont une partie des militants se revendique encore de cette idéologie. Tout aussi fourbe est l’inversion consistant à faire passer les néofascistes pour des « résistants » et les antifascistes pour des « collabos modernes » d’une soi-disant invasion. On peut donc assister à des scènes amusantes où des guerriers du net se revendiquant explicitement pétainistes traitent des progressistes de « collabos ». De quoi, de qui, ça,peu importe pour eux: les mots n’ont pas besoin d’être expliqués, les preuves s’inventent et les rôles s’inversent, pour que la confusion demeure. Le but: faire oublier qu’historiquement l’extrême droite a toujours été du côté du patronat, des flics et de la répression, contre tout mouvement social.

 

On va rappeler la défintion de "fascisme" par Larousse pour montrer que le mot "fascisme" employé dans la bouche des fafs contre les gauchos et islamistes a bien une signification :

 

"

  • Régime établi en Italie de 1922 à 1945, fondé sur la dictature d'un parti unique, l'exaltation nationaliste et le corporatisme.
  • Doctrine ou tendance visant à installer un régime autoritaire rappelant le fascisme italien ; ce régime lui-même.
  • Attitude autoritaire, arbitraire, violente et dictatoriale imposée par quelqu'un à un groupe quelconque, à son entourage."

Les gauchistes et islamistes ont une attitude autoritaire, arbitraire et violente qu'ils imposent aux autres, les gauchos et islamistes imposent la dictature de la pensée unique (ça ne change pas beaucoup du parti unique) et les gauchistes comme les islamistes sont des adeptes de la dictature et du régime autoritaire contre leurs opposants idéologiques.


Enfin il y a aucune inversion accusatoire quand on traite un gaucho de collabo car un collabo  sous Pétain, collaborait avec l'invasion étrangère et vendait son pays à l’Europe allemande. Le collabo gaucho fait presque la même chose : collaboration avec l'invasion étrangère et vente de la souveraineté française à l'Europe mondialiste.

 

 

FN: Parti donc aucun commentateur droitard n’avoue être membre mais que tous vont défendre sur le mode classique du « …ils ne sont peut être pas corrects sur tout mais c’est facile de les attaquer quand même, ils ne disent pas que des conneries, etc ». Variante: « …je ne suis pas au FN mais je pense voter pour eux, y en a marre, aujourd’hui j’ai cru voir un arabe dans la rue, blablabla minarets dans mon village blablabla excision ». En fait, parti bourgeois et fasciste ayant récemment tenté de camoufler son ultra-libéralisme reaganien des années 90 sous un vernis « social ».  Et certains y croient.

 

Le gaucho traite le FN de fasciste et libéral : Apprend la définition de fascisme, le fascisme ce n'est pas un parti simplement réac, nationaliste et autoritaire (d'ailleurs je partage ces 25 articles qui montrent que le fascisme se rapproche plus du gauchisme que du FN). Par contre les gauchisses correspondent bien à la définition de fascisme donné par Larousse. De plus le fascisme est opposé au libéralisme. 

 

En matière de libéralisme : le Fn fut libéral dans les années 80, pas dans les années 90 et il y a dans l'histoire de très nombreux cas d'individus et partis qui ont changé complètement d'idéologie. De surcroît historiquement l'extrême-droite fut toujours anti-libérale, le libéralisme de JM Le Pen dans les années 80 était exceptionnel dans l’histoire de l'extrême-droite.

 

 

Gauche

 

Gauche: Mal absolu pour les droitards. Un militant du PS peut très bien être accusé de défendre les khmers rouges. Alors, si vous êtes révolutionnaires, là c’est le grand Satan. Aucune distinction n’est faite entre les révolutionnaires et la « gauche » bourgeoise d’ailleurs, pour tenter de mélanger les deux (pourtant bien plus éloignés que le FN ne l’est de l’UMP) et ainsi de les décrédibiliser.

 

L'umps et les gaucho sont mondialistes et libéraux sur le plan ethnique, identitaire, moral, sexuel, religieux et sociétal... 

 

Le « gauchiste » est nécessairement un drogué totalitariste, un hippie branleur mais ultra-violent, un libéral et un bolchévique, un anti-militariste et un terroriste surarmé, un sioniste et un islamiste, un intolérant féministe et pro-LGBT… Rien n’est trop gros, aucun cliché ne semble trop absurde au droitard qui y croit sans doute vraiment. En creux cela permet de mettre en valeur les propos d’une droite qui « oserait dire les choses » et incarnerait des valeurs (le travail, la famille, la patrie, vous connaissez…). Le débat sociétal tiré vers le bas permet encore une fois d’esquiver les vraies questions relatives aux oppressions, au pouvoir politique et au modèle économique choisi.

 

Le gaucho reproche au droitard de porter comme valeurs le travail, la famille et la patrie (lui, c'est sans famille, sans travail et sans patrie), mais Pétain a créé la secu :https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9volution_nationale#Protection_sociale 

Donc dans la logique gaucho : pétainisme = gauchisme et social ? De plus, Pétain était un traditionaliste, pas un facho, seul sa collaboration était facho.

 

Hé dsl mais c'est quoi vos valeurs : pas de patrie, pas de famille et pas de travail ? Vous croyez que c'est bien d'avoir ni travail, ni famille, ni patrie ?

Autre chose Raymond Barre ancien 1er ministre a dit "Travail, Famille Patrie dans une France Libre"... c'était un facho ?

 

 

Patronat

 

Patronat:  Attention, là, on a droit à un grand exercice d’équilibriste. D’un côté, il y a le patron de multinational. On ne sait pas qui c’est

 

Si tu ne sais pas ce qu'est un patron de multinational, on ne peut vraiment plus rien pour toi /:

 

mais il vit surement aux USA (ou en Israël pour les plus atteints des droitards), il se prélasse dans les liasses de billets et liquide les entreprises à la pelle. Oui, les clichés les plus médiocres du socialisme du 19° siècle représentent le summum de l’analyse de la droite radicale… Son but: importer massivement des hordes d’immigrés pour détruire les nations, et il est bien sûr appuyé en cela par une alliance socialo-libéralo-communisto-islamo-sionisto-féministe qui ricane en imaginant des drapeaux tricolores souillés. J’exagère à peine, on trouve vraiment ce genre de prose. Si ça vous rappelle les années 30 et les campagnes d’abrutissement généralisé de la propagande fasciste, c’est normal.

 

C'est une réalité, le patronat soutient l’immigration massive, les grands capitalistes l'avouent eux-mêmes : 

//www.clubpatrimoine.com/article/UBS_preconise_un_doublement_de_l_immigration_pour_soutenir_l_economie-a23737.aspx

//www.leparisien.fr/economie/patronat-pour-gattaz-les-migrants-sont-un-atout-pour-la-france-11-09-2015-5083327.php

//www.liberation.fr/futurs/2011/04/16/le-medef-pour-l-immigration-et-contre-la-prime-de-1000-euros_729656

//www.bvoltaire.fr/floriantoumit/grande-banque-service-de-limmigration-clandestine,184990 

 

 

Ce patronat est le « vilain » de l’histoire, il est facile à combattre puisqu’on ne le voit jamais et qu’on ne sait pas trop qui c’est (les baaaaanques!). Bref. De l’autre côté, il y a le gentil patronat français, assailli d’impôts, au bord de la dépression à cause d’un droit du travail trop rigide, qui produit de bonnes marchandises « terroirs » ou s’occupe de services « dans l’intérêt commun ». Contre lui, il ne faut surtout pas dénoncer ses conditions de travail, manifester ou se mettre en grève, ce serait un crime contre la nation. Bon évidemment cette vision binaire ne tient pas dès qu’on s’intéresse à l’organisation des entreprises françaises (industrie automobile, chaines de magasins, etc). Encore un moyen de dire aux salarié(e)s de fermer leur gueule et de travailler plus, en somme.

 

On a jamais dit ça, on sait juste reconnaître la différence indéniable entre la petite-bourgeoise nationale qui vit de l'économie réelle et entre le grand capital financier et international qui reste bien pire, d'ailleurs vous combattez d'avantage les premiers que les derniers... 

 

Les gauchos aussi n'ont pas compris que pour s'attaquer au capitalisme, il faut s'en prendre en priorité aux grands rouages du capitalisme (patronat, finance internationale, haute bourgeoisie, marchands non-producteurs) et non aux petits rouages du capitalisme (actionnariat, entreprises non-financières, petite-bourgeoisie, bourgeoisie nationale, bourgeoisie industrielle) or les gauchos s'attaquent d'avantage à ce qui est en bas de la hiérarchie capitaliste qu'au sommet de la hiérarchie capitaliste, les gauchos ciblent d'avantage ce qui donne le moins d'huile à la machine capitaliste que ce qui donne le plus d'huile à la machine capitaliste. Les gauchos au final luttent bien moins contre le capitalisme que les anti-mondialistes.

 

Les gauchos prétendent combattre le capitalisme sans viser les principaux moyens et outils utilisés par le capitalisme pour dominer. Les gauchos "critiquent" le capitalisme sans viser les principales sources du capitalisme.

 

Debunked !!!

 



19/10/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres