Débunkons le gauchisme

Débunkons le gauchisme

Libé n'est pas content que Zemmour ait humilié Cabamdélis

cabamdélis zemmour.png

 

Réponse à //bondyblog.liberation.fr/201602292345/eric-zemmour-chez-bfmtv-lettre-ouverte-a-alain-weill-et-herve-beroud/#.VtWtv5zhCUm

 

– Vous affirmez « que dans les écoles françaises de la Seine-Saint-Denis, il n’y a plus un seul enfant juif ». De quelles sources disposez-vous pour affirmer cela ? Comment pouvez-vous affirmer cela dans la mesure où les statistiques ethniques et religieuses sont interdites en France ? Avez-vous parlé à l’ensemble des familles des élèves des écoles de Seine-Saint-Denis ?

 

Déjà, la première source c'est : le ressenti, le témoignage, le vécu et les yeux de beaucoup de français.

Deuxièmement : les statistiques ethniques sont interdits afin que la vérité dérangeante n'émerge pas, donc n'ayez pas la malhonnêteté de demander des chiffres sur l'ethnie et la religion.

Troisièmement : il y a des chiffres qui vont dans le sens de Zemmour

"Davantage d'enfants dans le privé. S'il est impossible d'affirmer qu'il n'y a plus d'enfants juifs dans les écoles publiques du 93, on peut en revanche noter une tendance des parents à inscrire leurs enfants dans les établissements privés juifs. Il y a dix ans, le département de Seine-Saint-Denis comptait trois institutions de ce type. Contre huit écoles privées aujourd'hui. La demande est donc là. Haya, directrice de l'école privée d'Aubervilliers, explique à Europe 1 que "les effectifs ont augmenté de 20% ces deux dernières années, malgré le fait que des enfants sont partis faire "l'alyah"."

//www.europe1.fr/societe/seine-saint-denis-plus-d-enfants-juifs-dans-les-ecoles-publiques-2375505

 

 

 

– Vous affirmez qu’« il y a des dizaines de banlieues françaises qui ne sont plus françaises, où l’on ne vit plus à la française, où le Coran a remplacé le Code civil, où il est imposé ». Pouvez-vous nous donner un exemple concret d’une de ces banlieues où le Coran aurait remplacé le Code civil comme vous l’affirmez ? Dans quelle situation précisément ?

 

Il y a un exemple concret :  https://www.youtube.com/watch?v=Tpgsi1j3uWU ça ne concerne pas le code civil mais le code pénal, ce qui ne change pas beaucoup.

 

 

 

– Vous parlez de « français de souche ». Il faut remonter jusqu’à quelle génération pour qu’un Français soit considéré comme « de souche » ?

 

Vous voulez une définition précise du français de souche ? Je vais vous la fournir : un "français de souche" c'est un mec français au niveau de la souche, un mec de souche française, c'est-à-dire d'origine française. C'est quoi une personne d'origine française ? On la reconnait comment ? Un mec qui ne connait aucun étranger dans ses ancêtres ou peu, qui n'a que des noms français ou presque dans sa famille et qui est blanc... est Français d'origine. Des cas comme ça, j'en connais plein comme beaucoup et ils constituent encore la majorité des français. Ensuite si le fdesouche ne veut rien dire et n'existe pas, pourquoi l'immense majorité des noms sur les monuments aux morts sont français ? https://www.google.fr/search?q=monuments+morts+guerres+mondiales&espv=2&biw=1920&bih=911&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwiokemm7J_LAhXEqxoKHTDOCdoQ_AUIBigB#tbm=isch&q=noms+monuments+morts+guerres+mondiales

 

 

 

– Si l’on suit ce que vous dîtes, il n’y a donc plus aucun Français, non issu de l’immigration récente, à Drancy, Montreuil, Pierrefitte-sur-Seine, et dans le 18e arrondissement de Paris ? (Je suis sûre qu’un des journalistes en plateau avait un exemple concret à citer de sa propre expérience pour contredire cette contre-vérité évidente).

 

Dans ces coins, il y a beaucoup d'immigrés : 

 

À Montreuil, les immigrés représentent 26% de la population.
À Drancy, 30%.
Des chiffres supérieurs à la moyenne nationale (8,76%) et régionale (18% pour l’Ile-de-France), mais à des années-lumières des 100% pointés par Éric Zemmour. Et ce même si on y ajoutait la «deuxième génération», c’est-à-dire les Français nés de parents immigrés -sachant également que la majorité d’entre eux (57%) a un parent né en France.

//debunkonslegauchisme.blog4ever.com/buzzfeed-tente-de-nier-le-grand-remplacement

 

En France, il y a 8.76 % d'immigrés de 1ère génération, mais il y a 30 % d'immigrés de 1ère, seconde génération et troisième génération (3 fois plus) :

 

"En 2011, on comptait 8,7 % d'immigrés, mais 19,2 % de personnes d'origine étrangère sur deux générations. Cette proportion montait même à près de 30 %, dès que l'on incluait la génération suivante, calcul réalisable seulement pour les moins de 60 ans."

//www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/05/07/31003-20150507ARTFIG00310-statistiques-ethniques-le-decryptage-de-michele-tribalat.php

Faut donc multiplier par plus de 3 environ vos chiffres pour savoir la proportion réelle d'immigrés, on est ainsi pas loin des 100 % dans les villes évoquées par Zemmour.

 

En plus, pour l'IDF, si on regarde seulement  la proportion de naissances issues des immigrés : 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Donn%C3%A9es_statistiques_sur_l%27immigration_en_France#Natalit.C3.A9_par_r.C3.A9gion_et_d.C3.A9partement_selon_le_lieu_de_naissance_des_parents

Les naissances en Ile de France sont à 46 % des gosses pondus par les immigrés ! Presque la moitié.

Imaginez, si on compte aussi les immigrés de 3ème génération (petits-enfants d'immigrés pondus par les immigrés de seconde génération plus nombreux que ceux de la 1ère) dans les naissances : la grande majorité des naissances de l'IDF sont des enfants ou petits-enfants d'immigrés. Il y a bien un remplacement.

 

 

 

Un débat signifie-t-il que les journalistes en plateau s’effacent au point de ne pas demander des précisions, des sources, aux invités, lorsqu’elles sont nécessaires ?
Un débat signifie-t-il que l’on puisse laisser dire tout et n’importe quoi sous prétexte d’une confrontation d’idées ? Sous prétexte de la présence d’un contradicteur, peu importe son efficacité dans cet exercice, vos animateurs doivent-ils oublier qu’ils sont avant tout journaliste et qu’ils sont là pour rétablir les faits, questionner, demander des chiffres, des sources, lorsque des affirmations sont érigées en vérités absolues et dirigées vers une seule catégorie de personnes ? 

 

Si un proche dit qu'il y a plein de barbus dans son quartier ou qu'il y a plein de noirs dans le bus qu'il prend... Faut demander la source, les chiffres et la preuve ? Si un proche se confie et dit qu'il a subit un vol de sac et des nuisances sonores... faut demander la source, les chiffres et la preuve ? Faudrait dans chaque débat, aussi demander les chiffres et les sources pour chaque fait actuel et historique évoqué dans n'importe quel domaine... on aurait pas fini, si on ferait ça.

Et le témoignage n'est pas une preuve et une source pour vous ?

 

 

 

 Il est inconcevable de réduire ce type d’exercice à une simple confrontation, où les journalistes seraient eux-mêmes réduits à des maîtres du temps de parole sans maitrise des propos tenus par leurs invités. Ou alors, retirons les journalistes de l’antenne et laissons un simple chronomètre faire le travail !

 

Bref t'es pour que les journalistes prennent partie.

 

 

 

Pour le CSA, la responsabilité des médias comme le vôtre est très claire : « Lorsque des propos contraires à la déontologie sont tenus lors d’une émission en direct, l’animateur doit intervenir rapidement, en interrompant le locuteur ou en condamnant ses propos ». Plus qu’une injonction du CSA, ce doit être une éthique, une discipline de chaque instant pour tous les médias sans exception.

 

On n'a pas la même définition de "déontologie".

 

 



01/03/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres