Débunkons le gauchisme

Débunkons le gauchisme

Nos ancêtres ne seraient pas les gaulois

bruno.png

 

Image qui circule beaucoup parmi la gauchosphère qui tente de nous faire croire que la France fut toujours une terre d'immigration massive et de melting-pot, je vais y répondre.

 

 

 

Sur les romains et invasions germaniques : 

 

« Les Romains qui vinrent s'établir en Gaule étaient en petit nombre. Les Francs n'étaient pas nombreux non plus, Clovis n'en avait que quelques milliers avec lui. Le fond de notre population est donc resté gaulois. Les Gaulois sont nos ancêtres » (cours moyen, 26).

 

 

A partir du IIIe siècle ap. J.-C. arrivent les Barbares venus de l'autre côté du Rhin : Francs, Saxons, Wisigoths, Burgondes, Vandales, Alains, Suèves. Au Ve siècle siècle, les Wisigoths disposent d'un royaume centré sur Toulouse tandis que les Francs se sont imposés dans le bassin parisien. Ils ne tarderont pas à établir leur hégémonie sur la quasi-totalité de la Gaule avec les guerres de Clovis. Les Vandales, les Alains et les Suèves sont passés en Gaule mais pour rejoindre la péninsule ibérique : l'impact démographique est quasi-nul. Quant aux Francs, ils étaient 50.000 à 100.000 pour une population d'au moins 5 millions d'habitants (probablement 7 à 8 millions). Les Wisigoths, peut-être les plus nombreux, étaient environ 100.000 lorsqu'ils étaient établis en Gaule du Sud. L'apport démographique apparaît marginal. L'ensemble des peuples barbares additionnés n'ont pas excédé numériquement 5 % de la population autochtone. Si l'organisation politique se trouve bouleversée, la population n'a finalement que très peu changé.

 

 

 

 

Sur l'invasion sarrasine :

 

A partir du début du VIIe siècle, ce sont les Arabes et les Berbères, qui, traversant les Pyrénées, pillent la France. Ils échouent devant Toulouse (721) et près de Poitiers (732). La seule région où ils arrivent à s'installer un certain temps est celle de Narbonne (719-759), durée insuffisante pour laisser une trace démographique durable. Par ailleurs à Narbonne, la garnison musulmane est massacrée par la population locale avant la capitulation de la ville.

 

 

 

Sur les invasions nordiques : 

 

La dernière invasion date du IXe siècle. Venant de Scandinavie, les Vikings pillent les villes du royaume franc, à partir de la mer et en remontant les fleuves, semant la terreur. En 886, ils mettent le siège devant Paris puis repartent suite au paiement d'un tribut. En 911, Charles le Simple leur cède la Normandie où ils s'installent mais « le nombre relativement limité des immigrés et leur fréquentation quasi séculaire avec les populations romano-franques gommèrent rapidement les différences. [...] Les immigrés étaient surtout des guerriers ou soldats d'aventure, donc une population où prédominait presque exclusivement l'élément masculin. [...] Ces hommes se marièrent donc dans le pays dès la première génération, ce qui provoqua un mixage rapide. »(DUPÂQUIER Jacques (dir.), Histoire de la population française, tome I, Des origines à la Renaissance, Paris, PUF, 1988, p. 159).

 

 

 

 

Sur les invasions anglaises et espagnoles :

 

Au Xe siècle, la fusion des populations gallo-romaines et germaniques est parvenue à son terme, le fond de la population ne changera pas jusqu'à la fin du XIXe siècle. Ainsi, du milieu du Moyen Âge aux débuts de la IIIe République, c'est-à-dire pendant au moins les quatre cinquième de l'existence de la France (de 843 à nos jours) les apports étrangers sont dérisoires, anecdotiques dans une France qui compte 20 millions d'habitants sous Louis XIV. Et encore consistent-ils très majoritairement en des migrations de personnes ou de familles proches de la France (Italie, Espagne, Suisse, pays germaniques). 

Les apports étrangers sont donc marginaux et concernent particulièrement les élites : reines de France (Blanche de Castille), ministres (Mazarin), artistes (Jean-Baptiste Lully), savants (Léonard de Vinci). Dans les campagnes, la mobilité est très faible et les seules migrations significatives sont internes, des campagnes vers les villes, ou concernent des catégories très particulières - et minoritaires - de la population (militaires, marchands et négociants, etc.). Les étrangers appartiennent généralement auxdites catégories : en 1777 à Bordeaux, on compte 111 négociants et commissionnaires étrangers (dont 52 Allemands, 33 Anglo-Irlandais, 17 Hollandais) ; en 1787 à Marseille, il y a 209 négociants protestants étrangers dont 157 Suisses et Genévois. Du côté militaire, la prise de Limerick par les Anglais (1691) entraîne l'émigration d'au moins 12.000 officiers et soldats irlandais vers la France, pays allié dans la guerre de la Ligue d'Augsbourg.

 

 

 

Sur les migrations européennes s'étalant principalement de la fin du XIX ème siècle au milieu du XX ème siècle :

 

La Première Guerre mondiale emporte 1.322.000 métropolitains dans un pays à faible natalité, sans compter les blessés, créant de fait un vide démographique et une nouvelle vague d'immigration. En 1931, il y a en France 2,8 millions d'étrangers pour 38 millions d'habitants, mais avec une proportion de retours au pays importante. Jacques Dupâquier estime que l'apport des étrangers à la population française (étrangers et descendants d'étrangers naturalisés) est passé de 2 millions à 4 millions de personnes de 1914 à 1950.

 

Et regardez les monuments aux morts de la 1ère et 2nd GM, il n'y a presque que des noms français : https://www.google.fr/search?q=google+images&espv=2&biw=1920&bih=955&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwizy8XClZ3LAhVD2BoKHaLIBxYQ_AUIBigB#tbm=isch&q=noms+monuments+aux+morts+guerres+mondiales

 

 

Conclusion : la France ne s'est pas construite avec l'immigration massive et n'a jamais connue d'immigration massive hormis très récemment et nos ancêtres restent avant tout les gaulois. De plus, l’immigration qu'a connue la France fut quasiment toujours européenne et les vagues migratoires romaines et germaniques ont eu lieu avant la naissance de la France avec le baptême de Clovis.

 

 

 

 

Sources : 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Nos_anc%C3%AAtres_les_Gaulois

http://www.philisto.fr/article-57-le-mythe-du-creuset-francais.html

 



29/02/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres