Débunkons le gauchisme

Débunkons le gauchisme

Petit guide "anti-préjugés" débunké

 

La page Citoyens Contre Le FN dirigée par les "Debunkers" de hoaxs qui sont surtout des créateurs de hoaxs ont partagé un petit guide "anti-préjugés" rempli d'arguments ultra-foireux, d'études bidons et d’interprétations bidons des chiffres pour défendre l'immigration massive.

 

Ce guide est consultable ici : http://www.cire.be/sensibilisation/campagnes/prefugies/refugies-etrangers-petit-guide-anti-prejuges (EDIT du 18/07/2016 : le lien ne mène plus au guide de propagande gaucho, donc pour pouvoir consulter ce guide, allez ici à présent : file:///C:/Users/Famille/Downloads/petit-guide-anti-prejuges-2016.pdf)

 

Nous allons le débunker :

 

1) "Nous ne sommes pas envahis d'immigrés"

 

http://www.cire.be/sensibilisation/campagnes/prefugies/prejuge-1-on-est-envahis-par-les-migrants

 

L'article sort tout son blabla et ses chiffres pour nier l'invasion massive que notre continent subit, mais donne un chiffre intéressant que j'ai mis en gras: 

 

Mais 86% de ces réfugiés se trouvent dans des pays en développement comme la Turquie, le Pakistan et le Liban. De quoi relativiser le nombre de demandes d’asile introduites dans les 28 États membres de l’Union européenne (UE) en 2014 (627000) et en 2015 (1,3 millions).
La Belgique, pour sa part, a enregistré 17213 demandes d’asile en 2014 et 35476 en 2015. Une goutte d’eau dans l’océan, quand on sait que l’UE compte plus de 508 millions d’habitants, et la Belgique plus de 11 millions... Les chiffres plus généraux de l’immigration ne permettent pas non plus de parler d’invasion.  En 2013, le nombre total d’étrangers arrivés en Belgique, quel que soit le motif de leur venue, était de 122 079, dont 63% étaient des citoyens de l’UE.

 

En 2015, l'Europe a accueilli 1.3 million de réfugiés, si on continue à ce rythme, dans 40 ans nous aurons "accueilli" 52 millions de réfugiés. De plus, il faut prendre en compte les gosses qu''ils pondent, faut ainsi multiplier par deux au moins : dans 40 ans, nous aurons approximativement accueilli au moins 104 millions de réfugiés. De surcroît les réfugiés cherchent presque tous à aller dans les pays d'Europe de l'ouest, donc ces 130 millions d’individus seront absorbés par environ seulement 300 millions d'habitants en déclin démographiquement.

 

Sans compter que l'on accueille aussi plein d'immigrés qui ne sont pas des réfugiés. L'article dit que les belges accueillent 122 079 immigrés chaque année.. Sur 40 ans, ça fait 4 millions 883 160 immigrés accueillis, c'est le remplacement assuré et si on compte les gosses pondus par les immigrés, c'est prés de 2 fois plus. Enfin les extra-européens font d'avantage de gosses que les immigrés européens.

 

Ensuite, l'article compare l'Europe aux pays arabo-musulmans, mais la comparaison est infondée car les pays arabo-musulmans qui accueillent des réfugiés eux sont proches ethniquement, religieusement et culturellement des réfugiés, ce n'est pas le cas de l'Europe, de plus ces territoires arabo-musulmans sont à la proximité du territoire d'origine des réfugiés, ce n'est pas non plus le cas de l'Europe et enfin l'Europe est en crise, ce qui n'est pas le cas des pays arabo-musulmans en essor économique.

 

Autre chose : le Qatar, les Emirats arabes unis, le Koweït et l'Arabie Saoudite n'ont accueilli aucun réfugié !

 


 

2) "On peut accueillir toute la misère du monde"

 

http://www.cire.be/sensibilisation/campagnes/prefugies/prejuge-2-on-ne-peut-pas-accueillir-toute-la-misere-du-monde

 

Seule une minorité des migrants (35% en 2013) se déplace des pays du Sud vers les pays du Nord. Ils sont même légèrement plus nombreux (36%) à se rendre du Sud vers le Sud. Les autres vont du Nord vers le Nord (23%) ou du Nord vers le Sud (6%).

 

l'Europe n'accueille pas tous les immigrés, mais l'Occident est la zone du monde qui subit les flux migratoires les plus importants : 

 

Afficher l'image d'origine

 

D'ailleurs vos propres chiffres vous contredisent, vos chiffres confirment ce que disent les anti-immigrationnistes, vous avez juste une interprétation biaisée des chiffres. Vos stats montrent que 58 % de l’immigration est absorbée par le Nord et non par le Sud  : "Seule une minorité des migrants (35% en 2013) se déplace des pays du Sud vers les pays du Nord", "Les autres vont du Nord vers le Nord (23%)". La majorité de l’immigration mondiale est subit par le Nord. 

 

De surcroît, toujours selon vos chiffres, les gens du Sud migrant vers le Nord (35 %) sont 6 fois plus nombreux que les gens du Nord allant vers le Sud (6 %), pourtant le Nord est 6 fois moins peuplé que le Sud, en effet le Nord (Europe, Amérique du Nord, Océanie, Japon et Corée du Sud) a environ 1 milliard d'habitants, le Sud en a 6 milliards et de plus seulement une partie du Nord accueille les migrations du sud (l'Europe de l'est, le Japon et la Corée du Sud n'accueillent presque aucun individu issu du Sud).

 

Le Nord bien moins peuplé que le Sud accueille 58 % de l'immigration dans le monde, l'immense majorité de l’immigration est absorbée par le Nord qui avec son milliard d'habitants ne représente pourtant qu'a peu prés 15 % de la population mondiale (7 milliards). Le Nord 6 fois moins peuplé que le Sud accueille 58 % de l’immigration et le Sud seulement 42 % ! Avec ces chiffres, on voit que le Nord subit un torrent migratoire gigantesque, on accueille bel et bien "toute la misère du monde", du moins presque.

 

Contrairement à ce que l’on croit parfois, les personnes qui migrent ne sont pas parmi les plus démunies ni les moins qualifiées. En 2013, 30% des personnes migrant vers les pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) étaient diplômées de l’enseignement supérieur, et cette proportion est en augmentation rapide.

 

Une raison de plus de refuser les immigrés car ce sont les gens les plus riches du tiers-monde, ceux qui galèrent vraiment dans le tiers-monde n'ont pas les moyens de partir et vous vous en foutez. Aussi, vos chiffres montrent que la grande majorité (70 %) des immigrés du tiers-monde ont le niveau BAC, CAP, BEP ou rien du tout... Ce n'est pas un niveau extraordinaire. Enfin, ceux qui ont un niveau BTS ou DUT non plus, ils sont certes un peu au-dessus, mais ils n'ont pas un niveau de qualification qui manque en France.

 

Il ne faut pas non plus oublier que les pays occidentaux, et notamment les pays européens dont la Belgique, contribuent à créer et à entretenir la misère dans le monde. Et ce, par le rôle qu’ils jouent dans les guerres qui poussent à l’exil des millions de personnes; par les politiques économiques qu’ils soutiennent et qui favorisent un partage inéquitable des richesses à travers le monde; ou encore par la responsabilité qu’ils portent dans la dégradation de l’environnement et ses conséquences sur le climat, qui privent toujours plus de personnes de leur habitat.

 

Entièrement d'accord, mais ce sont les capitalistes qui font les guerres, pillent le tiers-monde, etc... or l'immigration ne va pas punir les capitalistes mais le petit-peuple occidental ! Les capitalistes qui ont besoin que les salaires baissent, que le prolétariat soit divisé et que l' humanité soit uniformisée sont friends de l’immigration :

 http://debunkonslegauchisme.blog4ever.xyz/les-banques-et-le-patronat-adorent-l-immigration

http://debunkonslegauchisme.blog4ever.xyz/le-patronat-allemand-est-favorable-a-l-immigration-massive

http://debunkonslegauchisme.blog4ever.xyz/le-medef-declare-sa-flamme-pour-l-immigration-1

 

L’Europe et l’Amérique du Nord détiennent actuellement 67% des richesses mondiales, alors que l’Afrique n’en détient qu’1% et l’Amérique latine 3%, le reste étant réparti entre les pays d’Asie et du Pacifique. Face à cette inégalité criante, un constat s’impose: nos pays ont les moyens et la responsabilité de faire plus, et notamment d’ouvrir plus largement leurs portes aux migrants. Car, pour renverser le préjugé ci-dessus, "on ne peut pas accaparer toute la richesse du monde".

 

Donc, toi en tant que bobo plein-de-fric dans des quartiers dorés, tu oses dire au smicard, au chômeur, au mec à temps partiel, à l'intérimaire et à l'individu en CDD qu'il a les moyens de subir l’immigration massive et qu'il doit d'avantage se saigner ? Tu dis au petit-blanc minoritaire en banlieues qu'il doit encore se taper d'avantage d'immigration.

C'est le petit-blanc qui va devoir "accueillir" les immigrés, pas les gros ploutocrates occidentaux qui en profitent (c'est vachement humaniste de faire venir des immigrés pour répondre aux besoins du Capital).

 

Les 67 % des richesses en Europe sont surtout dans les mains d'une minorité : http://www.bsi-economics.org/287-%E2%98%86-la-courbe-de-lorenz

 

 

En France : 10 % des français les plus riches possèdent 27,7 % de l'ensemble des revenus disponibles ou, dit autrement, les 90 % des plus modestes détiennent 72,3 % des revenus disponibles total. Les 50 % les plus modestes gagnent environ seulement 25 % du revenu total en France et les 10 % les plus modestes touchent moins de 5 % de l'ensemble des revenus en France.

 

Autre chose, "accueillir" des immigrés ne change quasiment rien à la misère dans le monde et les immigrés que l'on "accueille" sont les gens les moins pauvres du tiers-monde :

 

 

Enfin, si vous êtes si généreux, accueillez les immigrés chez vous et dans vos quartiers de bobos, c'est trop facile "d'accueillir" quand c'est l'autre qui subit l'immigration !

 


 

 

3) "Si on les accueille, ils ne vont pas venir plus nombreux"

 

http://www.cire.be/sensibilisation/campagnes/prefugies/prejuge-3-si-on-les-accueille-ils-vont-venir-plus-nombreux

 

Et la réalité est bien plus subtile: l’attitude plus ou moins accueillante d’un pays n’explique pas à elle seule pourquoi on frappe à sa porte. D’autres facteurs sont souvent plus importants: la proximité géographique, la langue, les liens familiaux, les opportunités d’emploi...

 

Sauf que si un pays ferme ses frontières, peu importe que la pays en question soit riche, proche territorialement et culturellement du pays d'origine de l'immigré, etc... L’immigré n'aura absolument aune chance d'y rester, donc il ne va pas y aller inutilement.

 

"La vraie question à se poser est: si on ne les accueille pas, qu’est-ce que cela dit de nous? Dans quelle société voulons-nous vivre? La réponse est à la fois éthique, politique et juridique. Éthique parce qu’elle fait appel à des valeurs fondamentales comme l’hospitalité, la solidarité et l’assistance.

 

Non, l'éthique ce n’est pas le génocide d'un peuple, ce n'est pas collaborer avec l’invasion et la colonisation, ce n'est pas faire venir une immigration qui va faire baisser les salaires pour le profit des riches, ce n'est pas faire tourner la machine capitaliste, ce n'est pas augmenter l’insécurité via l'immigration dans un pays, ce n'est pas piller les talents du tiers monde, etc...

 

Politique parce qu’elle implique de choisir de voir l’immigration comme une opportunité et non comme un problème. Et juridique dans le cas des réfugiés, qui sont protégés par la réglementation européenne et la Convention de Genève de 1951.

 

L’immigration est une opportunité uniquement  pour les bourgeois européens, l’immigration est un poids pour le reste de la population européenne.

 

Mais la tendance générale au sein de l’UE est, à l’inverse, à la fermeture des frontières et à la restriction des droits des migrants, y compris des réfugiés. Les valeurs sont revues à la baisse et les obligations internationales bafouées. En Belgique aussi, de moins en moins de visas sont accordés et de nombreuses lois ont été adoptées ces dernières années pour limiter les droits des migrants, notamment le droit au regroupement familial, le droit au séjour pour raisons médicales, le droit d’asile... Des campagnes de dissuasion sont même menées pour décourager les demandeurs d’asile de venir chercher une protection sur le sol belge.

 

La tendance de l'Europe c'est d'être la 1ère zone du monde qui se tape le plus d'immigration qu'elle soit économique, étudiante, familiale ou politique.

Enfin, toi qui parle de valeurs : tes valeurs c'est le collaborationnisme, pas moi. Pour ta rhétorique droits-de-l'hommiste : l’immigration-invasion-colonisation n'est pas un droit, les libéraux du XVII e siècle justifiaient aussi la colonisation d'un continent (de l'Amérique à l'époque) avec les droits de l’homme : http://debunkonslegauchisme.blog4ever.xyz/quand-les-droits-de-l-homme-servaient-a-justifier-limperialisme-capitaliste-et-le-colonialisme-capitaliste

 

Ces mesures de plus en plus restrictives sont dangereuses, car elles condamnent de nombreux migrants à risquer leur vie pour atteindre leur destination et à y vivre ensuite sans papiers, dans la clandestinité. Elles sont aussi inefficaces, car migrer est un réflexe de survie profondément ancré dans notre humanité.

 

Si l'immigré a un espoir de rester en Europe, il risquera sa vie, mais si il n'a aucun espoir, il ne traversera pas la méditerranée en risquant sa vie inutilement. Sinon beaucoup de colons européens ont envahi l’Amérique car ils voulaient survivre, ils fuyaient les guerres, persécutions religieuses et la famine qui frappaient l'Europe.

 


4) "Le droit de vivre en famille"

 

http://www.cire.be/sensibilisation/campagnes/prefugies/prejuge-4-ils-viennent-seuls-puis-font-venir-toute-leur-famille

 

Le droit de vivre en famille est un droit fondamental, consacré par l’article 8 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales. Pour tous, Belges comme étrangers.

 

Dans votre logique, si on met en prison un criminel, on viole le droit de vivre en famille dans ce cas puisqu'on sépare le criminel de sa famille... Non, le droit de vivre en famille, ce n'est pas le droit d'envahir, c'est deux choses distinctes. Et personne force l'envahisseur à venir et rester en France, il peut quand il veut revenir vivre dans son pays pour pouvoir vivre avec sa famille.

 

Le regroupement familial est une procédure de séjour qui permet aux personnes d’origine étrangère ayant un membre de leur famille nucléaire en Belgique de venir le rejoindre, à certaines conditions. Donc, oui, une personne ayant obtenu un droit de séjour en Belgique peut faire venir son conjoint et ses enfants, pour qu’ils puissent vivre ensemble. C’est en effet - notamment parce qu’il n’en existe pas beaucoup d’autres - la principale voie d’entrée légale sur le territoire belge: environ 50% des titres de séjour accordés le sont pour des raisons familiales.

 

Ce qui prouve qu'on est passé de l’immigration économique à l’immigration de peuplement ces dernières décennies.

 

Et cela ne se fait pas en claquant des doigts! Les critères pour pouvoir faire venir un membre de sa famille sont très stricts: il faut disposer de suffisamment de ressources financières, d’un logement adapté à l’accueil de la famille, prouver la stabilité de la relation... Même si les conditions ont été assouplies pour les réfugiés ou les bénéficiaires de protection subsidiaire, les procédures durent de longs mois et ont un coût qui peut être très élevé: redevance administrative de 160€ par personne, frais d’ambassade, frais de légalisation des documents d’état civil, tests ADN...

 

Ces conditions ne sont pas assez strictes vu comment on se fait envahir massivement.

 

De nombreux migrants arrivent seuls et entament ensuite une démarche de regroupement familial, plutôt que de venir directement en famille. Pourquoi? Parce que, très souvent, le parcours pour parvenir en Europe est particulièrement dangereux et coûteux (traversées par la mer via des passeurs, longues marches dans le désert...). 

 

Les migrants européens qui colonisaient l'Amérique aussi avaient un parcours dangereux et coûteux.

 


 

5) "L'immigration est positive pour notre économie" (bobard ultra-libéral)

 

http://www.cire.be/sensibilisation/campagnes/prefugies/prejuge-5-les-migrants-sont-un-danger-pour-notre-economie

 

Attention, les gauchos pour nous faire croire que l'immigration est géniale, prennent en référence des organisations loin d'êtres neutres, objectives et impartiales comme l'ONU mondialiste, la Banque Centrale de Belgique (institution au service des banksters) , l'OCDE ultra-libérale et la Commission européenne à la tête de l'UE ultra-capitaliste et ultra-libérale. De surcroît les études bidons qu'ils filent ne sont pas sourcées et il est impossible de voir les détails de ces études.

Ils préfèrent ça que les analyses de Marx et Engels par rapport à l’immigration : http://www.pcint.org/03_LP/466/466_marxisme-immigration.htm

Les gauchos sont vraiment les larbins du grand capital.

 

La majorité des études disent pourtant le contraire! L’immigration n’est en rien une menace pour l’économie. Selon le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), l’immigration a un effet neutre, voire positif sur les grandes variables de l’économie d’un pays.

 

Ce que dit exactement le PNUD :  http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=20261#.Vx-zjjCLSUk

"Contrairement à ce qui est généralement admis, les migrants développent l'activité économique et donnent plus qu'ils ne reçoivent. Des enquêtes détaillées montrent que l'immigration augmente généralement l'emploi dans les communautés d'accueil, n'encombre pas le marché du travail local et améliore le taux d'investissement dans les entreprises et initiatives nouvelles. De manière générale, l'impact des migrants sur les finances publiques – nationales et locales – reste relativement faible, tandis que les avantages qu'ils apportent dans d'autres domaines, tels que la diversité sociale et la capacité d'innovation, ont été largement démontrés."

 

Mais c'est faux car la plupart des études indiquent que l'immigration coûte plus qu'elle n'apporte :

http://www.dreuz.info/2015/03/17/et-si-lon-disait-aux-francais-combien-coute-limmigration/

http://www.economiematin.fr/news-cout-immigration-france-ocde

 

L'immigration a un impact négatif sur les emplois et salaires aussi selon les études : 

http://www.atlantico.fr/decryptage/quel-impact-immigration-pour-salaries-francais-nouvelles-etudes-qui-pourraient-tout-changer-nicolas-goetzmann-1985421.html

 

D'après la logique économique la plus élémentaire et selon la loi économique basique de l'offre et de la demande, l'immigration fait baisser les salaires et crée du chômage vu qu'elle augmente la demande d'emploi...

 

Et on aimerait avoir les détails de ces enquêtes "détaillées" de l'ONU ;) On aimerait aussi pouvoir les consulter ;)

 

Des chercheurs de l’OCDE ont récemment estimé que l’impact de l’immigration sur les finances de l’État belge était positif: 0,5% du produit intérieur brut (PIB). Quant à l’arrivée actuelle de nombreux réfugiés, la Banque nationale de Belgique estime qu’elle devrait générer, d’ici 2020, autant de revenus qu’elle aura entrainé de dépenses.

 

Déjà, pour la Belgique, le coût de l’immigration est en réalité de 8.6 milliards par an : http://lepeuple.be/le-cout-verite-de-limmigration-en-belgique/54402

 

Cette étude n'a pas été faite avec les méthodes foireuses de l'OCDE : 

 

Quelle est la réalité? Selon l’étude de l’IDDE, le coût de l’immigration en Belgique, représente 870 € par an et par citoyen de nationalité belge! Contrairement à la méthode suivie par l’OCDE qui ne prenait en compte que la rentrée des impôts directs et des cotisations sociales, d’une part et les prestations sociales reçues, d’autre part, notre étude de l’IDDE est très complète.
Elle inclut du côté des coûts de l’immigration la part de tout résident au fonctionnement de l’état belge, mais aussi les frais spécifiques dus à l’immigration, comme le financement de FEDASIL, les allocations et pensions versées à l’étranger et les taxes et TVA non perçues, le coût des détenus étrangers dans les prisons, etc… Du côté des contributions des immigrés, l’ensemble de leur apport est bien intégré, avec des chiffres indiscutables qui datent de l’année 2011 à l’année 2014.
Tous les chiffres une fois intégrés et la balance faite avec les apports des immigrés, on arrive à un résultat très dérangeant: un étranger européen coûte par an à l’état belge 5.696 € et un étranger non-européen 10.115 €. Soit au total 8,6 milliards €. On est très loin des affirmations du « politiquement correct »!

 

Une autre étude plus vielle (2009) dit aussi que l'immigration coûte plus qu'elle rapporte en Belgique, l'étude indique que l'immigration coûte plus de 7 milliards par an :  http://www.7sur7.be/7s7/fr/1502/Belgique/article/detail/1012796/2009/10/08/L-immigration-coute-chaque-annee-sept-milliards-d-euros.dhtml

 

Et la Banque Centrale de Belgique a des médiums pour prédire que l’immigration massive finira par rapporter du fric à l'Etat ? Enfin, ça serait bien de faire la distinction entre immigration européenne et immigration extra-européenne car l’immigration européenne est beaucoup plus qualifiée, ce qui fait qu'elle rapporte d'avantage et coûte moins que l'immigration extra-européenne.

 

Par ailleurs, l’évolution démographique et le vieillissement de la population en Europe rendent l’immigration de plus en plus nécessaire pour garantir la survie des systèmes de sécurité sociale, et en particulier des systèmes de pensions. L’Allemagne l’a bien compris, en voyant dans l’arrivée de réfugiés en 2015 une opportunité pour l’avenir du pays.
European Economy Explained - Going further together - The ageing population (une vidéo en anglais de la Commission européenne)

 

Donc pour les mondialistes, il faut remplacer nos vieux qui crèvent par des jeunes immigrés, bref vous êtes bel et bien pour le grand remplacement de population. Et désolé, les immigrés jeunes que vous faites venir, un jour ou l'autre, ils deviendront vieux, donc faudra aussi payer leur retraite plus tard ;) De surcroît, vu que les immigrés coûtent énormément en allocations chômage, allocations familiales, etc... Ce n'est pas eux qui vont sauver les finances et de surcroît les immigrés créent du chômage chez les autochtones et immigrés de longue date, ce qui crée des coûts en plus.

 

Et en réalité, l'Allemagne fait venir massivement des immigrés pour combler le déclin de population car le patronat allemand a besoin d'une armée de réserve de demandeurs d'emploi la plus nombreuse possible pour pouvoir faire baisser les salaires.

 

Enfin, l’immigration favorise la créativité et l’innovation, en apportant à la société d’accueil de nouvelles idées et de nouvelles compétences. Une étude suédoise a par exemple montré qu’il y avait une relation positive entre le nombre d’immigrés et la capacité de la Suède à exporter, les immigrés ayant une meilleure connaissance de leurs pays d’origine que les Suédois.

 

Quelle étude ? Et désolé, mais on exporte peu avers l'Afrique et le Proche-Orient. Enfin, seul les immigrés qualifiés peuvent aider pour l'exportation.

 

 

Réponse à cette vidéo de propagande : http://debunkonslegauchisme.blog4ever.xyz/non-l-europe-n-a-pas-besoin-d-immigres

Encore, une vidéo européiste... Vous kiffez l'UE ultra-libérale et capitaliste les gauchos !

 

Ces effets positifs de l’immigration sur l’économie impliquent que les migrants soient autorisés à travailler, qu’ils aient accès à des formations, qu’on les aide à s’intégrer et que l’on lutte contre les discriminations. Si les politiques d’intégration des migrants, tout comme les politiques d’accueil des demandeurs d’asile, peuvent être coûteuses à court terme, elles sont aussi créatrices d’emploi et sources de consommation. Et sur le plus long terme, elles permettent aux États de récolter les avantages économiques de l’immigration.

 

J'ai démontré que l’immigration n'apporte aucun effet bénéfique. Et non, l’immigration ne crée pas d'emploi et de consommation, elle vole les emplois et les salaires, nuance.

 


 

6) "Les migrants sont bénéfiques pour l'emploi"

 

http://www.cire.be/sensibilisation/campagnes/prefugies/prejuge-6-les-migrants-viennent-prendre-l-emploi-des-belges

 

S’ils travaillent, non seulement ils paient des impôts et des cotisations sociales, mais ils contribuent à produire des biens et services. Ce qui leur permet d’en consommer plus, et ensuite à d’autres d’en produire plus... À terme, l’immigration conduit à une plus grande production et à la création d’emplois. Pour reprendre l’image du gâteau, celui-ci est donc susceptible de grossir, et le nombre de parts d’augmenter, avec l’arrivée de nouveaux venus sur le marché du travail.

 

Les immigrés ne contribuent pas à produire des biens et des services et ils n'augmentent ni la consommation, ni la production car sans immigration on produirait autant de biens et services vu qu'à la place les blancs au chômage qui ont leur travail piqué par les immigrés bosseraient. Votre logique ultra-libérale ne marche que dans les périodes de forte croissance économique avec un chômage ultra-bas dans lesquelles les autochtones sont insuffisants en nombre pour appuyer la croissance et combler les offres d'emploi.

 

Pour la majorité des économistes, l’immigration a un effet légèrement positif sur l’emploi et les salaires. Dans une étude menée entre 1990 et 2000, des chercheurs de l’UCL ont démontré qu’en Belgique, pendant cette période, l’immigration a eu un effet modeste mais bénéfique sur le niveau d’emploi et le niveau moyen des salaires des Belges, même peu qualifiés.

 

Raté, la plupart des études disent le contraire :

 

The Bank calculated that a 10 percentage point rise in the proportion of immigrants would reduce the average pay received in these semi and unskilled service sector roles by 1.9 percent.

 

http://www.telegraph.co.uk/news/politics/12063052/Mass-migration-driving-down-wages-offered-to-British-jobseekers.html

 

L’immigration souhaitée par le grand patronat pour faire pression à la baisse sur les salaires, voilà en résumé l’explication souvent avancée. Pour la première fois,  « officiel », que nous avons décortiqué, confirme cette intuition.
 
Il date de 2009, et émane du Conseil d’Analyse Economique (CAE). Le CAE est un organe placé auprès du Premier ministre, peu réputé pour son caractère subversif dans la mesure où il regroupe tout le gratin des économistes français « officiels », ceux que les télévisions et les journaux acceptent de recevoir.
 
Vous allez le constater, la démonstration est sans appel.


Elle explique d’abord qu’en économie, la notion de « pénurie » de main d’oeuvre dans un secteur d’activité donné n’a pas de sens en période de chômage. C’est pourtant systématiquement ce facteur qui est mis en avant pour justifier le recours à l’immigration : le bâtiment peine à recruter tant de dizaines de milliers de travailleurs en France, il faut donc aller chercher la main d’oeuvre ailleurs, entend-on souvent.


« Du point de vue de la science économique, la notion de pénurie n’est pas évidente » nous dit ce rapport, ajoutant que le « fait que certains natifs rejettent certains types d’emplois peut simplement signifier que les travailleurs ont de meilleures opportunités que d’occuper ces emplois, et donc que les salaires correspondants devraient augmenter pour qu’ils soient pourvus » (page 45). 
 
Autrement dit, une pénurie de main d’oeuvre se forme lorsqu’un secteur n’offre pas les salaires jugés suffisants pour devenir attractif. Poursuivons le raisonnement, et alors on comprend qu’au lieu d’augmenter les salaires, le patronat a tout intérêt à créer une pénurie, qu’il comblera en allant chercher ailleurs une main d’oeuvre prête à accepter des salaires plus faibles.
 
C’est la conclusion à laquelle le rapport parvient sans ambiguïté : « Dans le cas du marché du travail, cela signifie qu’à la place de l’immigration des années soixante on aurait pu envisager une hausse du salaire des moins qualifiés » (page 46).
 
Le rapport du Conseil d’Analyse Economique recense également une série d’études françaises et étrangères qui ont tenté de chiffrer l’impact de l’immigration sur les salaires : « Atlonji et Card [deux économistes] trouvent qu’une hausse de la proportion d’immigrés d’un point de pourcentage réduit le salaire de 1,2% » (page 37)
 
« Hunt [une autre économiste] trouve qu’une hausse de la proportion de rapatriés d’un point de pourcentage a réduit le salaire d’environ 0,8% » (page 37).
 
Concernant les Etats-Unis, « Borjas [un économiste] conclut son étude en affirmant qu’entre 1980 et 2000, l’immigration aurait accueilli l’offre de travail d’environ 11%, ce qui aurait réduit le salaire des natifs d’environ 3,2%, et que cette réduction frappe la plupart des catégories d’expérience et d’éducation, mais de manière inégale » (page 38).

 

http://www.marianne.net/Immigration-pourquoi-le-patronat-en-veut-toujours-plus_a192252.html

 

Aux Etats Unis

"En d’autres termes, la simulation "officielle" de Peri et Ottaviano implique que les salaires des moins qualifiés "natifs" chute de 2% sur le long terme et d’environ 5% sur le court terme, et ce, même après prise en compte des complémentarités potentielles entre migrants et natifs de même compétence".
Une conclusion que partagent Peri et Ottaviano :
"L’un dans l’autre, un résultat semble robuste : une fois que la substituabilité entre natifs et immigrants est possible, pour la période 1990-2006 l’immigration aux Etats Unis a eu au pire un  effet négatif modeste sur le long terme sur les salaires réels des natifs les moins éduqués"
De plus, les deux auteurs indiquent :
"Sur le long terme, ces estimations impliquent un effet global positif de l’immigration sur les salaires des natifs d’environ 0.6% et un effet global négatif sur les salaires des immigrants précédents d’environ -6%".
L’effet positif de l’immigration se cantonne donc aux catégories les plus aisées des natifs, et l’effet négatif se partage pour une part sur les natifs les moins éduqués et pour la plus large part sur les immigrés déjà sur place.

 

 

Concernant la France, sur les 5.5 millions d’immigrés recensés par l’INSEE en 2010, environ 2.9 millions sont des actifs, soit près de 10% des actifs en France. Et selon une étude menée par Anthony Edo et Farid Toubal, et publiée en septembre 2014 par le CEPII (Centre d’étude prospectives et d’informations internationales) les effets sont sensiblement différents que ceux observés aux Etats Unis :
"Nos résultats indiquent qu'une hausse de 10 % de la part des immigrés dans une classe de compétence dégrade d'environ 3 % le taux d'emploi des natifs ayant des caractéristiques individuelles similaires : âge, formation, expérience sur le marché du travail. »
Ainsi, à la différence des Etats Unis ayant un marché de l’emploi plus flexible, l’ajustement en France ne se fait pas sur les salaires mais sur le niveau d’emploi :
"En résumé, notre analyse indique que, du fait des rigidités salariales, l’impact de l’immigration sur le marché du travail porte en France plus sur l’emploi que sur les salaires.Les entreprises ont tendance à substituer aux natifs des immigrés lorsque ces derniers sont amenés à accepter de moins bonnes conditions d’emploi."


http://www.atlantico.fr/decryptage/quel-impact-immigration-pour-salaries-francais-nouvelles-etudes-qui-pourraient-tout-changer-nicolas-goetzmann-1985421.html#rqHuar21ipPrkS6w.99

 

Les études des gauchos ont en fait donné des conclusions bidons ("l'immigration c'est cool pour l'économie") à partir de postulats faux : 

 

Souvent, la main d’œuvre étrangère est complémentaire à la main d’œuvre existante. En Belgique, les migrants ont tendance à occuper des emplois que les Belges ne peuvent pas ou ne veulent pas occuper, dans des secteurs qui demandent des qualifications très spécifiques (informatique, technologies de pointe...) ou dans les secteurs de la construction, du nettoyage, de l’aide aux personnes...

 

C'est une logique bidon d'ultra-libéral et de larbin du patronat : "Puis le hoaxeur pro-patronat affirme que l’immigration est bénéfique vu qu’apparemment les immigrés prennent les emplois délaissés par les nationaux... Mais pourquoi ? Réponse : car le patronat n'a pas envie de proposer des salaires corrects et décents, donc pour éviter de payer des salaires convenables, ils font venir une tonne d'immigrés. Si on arrête l'immigration, les patrons augmenteront les salaires et les autochtones travailleront à la place des immigrés, ainsi que ça soit avec l'immigration ou pas, les postes seront autant remplis."

 

"Il déclare aussi que sans les immigrés, des secteurs entiers de l'économie s'effondreraient, mais c'est faux, c'est juste que sans immigration les patrons doivent augmenter les salaires pour que les autochtones acceptent d'occuper ces secteurs."

 

Enfin pour combler les boulots très très qualifiés, on a seulement besoin d'une immigration en quantité très faible et occidentale.

 

Enfin, les migrants peuvent eux-mêmes être créateurs de nouveaux emplois. C’est le cas lorsqu’ils se lancent comme indépendants ou créent leurs propres entreprises, ajoutant ainsi leur touche personnelle au gâteau de l’économie belge.

 

Réponse : "Déjà le hoaxeur européiste ultra-libéral et pro-capitaliste dans la vidéo sort que les immigrés ne prennent pas le travail des autochtones vu qu'ils créent des emplois en tant que patrons, mais il y a très peu d'immigrés qui montent leur propre entreprise, les emplois que créent les immigrés en tant que patrons sont en très faible nombre par rapport aux emplois pris par les immigrés salariés."

 

Au final, j'ai démontré que vos "études" s'appuient sur des théories erronées pour conclure que l'immigration a un impact positif sur le plan économique ! 

 

Et les gauchos préfèrent écouter des études bidons ultra-libérales et mondialistes plutôt que Marx et Engels sur l’impact de l'immigration.

Vous trahissez votre idéologie les gauchos !

 

Malheureusement, certains employeurs profitent des sans-papiers, c’est-à-dire des personnes qui ne sont pas ou plus autorisées au séjour en Belgique, pour les embaucher de manière non déclarée ("au noir") et les soumettre à de très bas salaires et à des conditions de travail précaires.

 

L’immigration légale fait aussi baisser les salaires parce qu'elle augmente la demande d'emploi et les immigrés légaux en raison de leur culture ont tendance à êtres moins revendicatifs que les autochtones. Pour éviter des salaires bas, il faut refuser l'immigration légale et illégale.

 

PS : Si l'immigration ne baisse pas les salaires et n'augmente pas le chômage... Pourquoi les immigrés en moyenne ont des plus bas salaires et sont plus souvent au chômage que les autochtones ? L’immigration baisse obligatoirement les salaires et augmente obligatoirement le chômage si les immigrés sont d'avantage frappés par les bas salaires et le chômage que les autochtones.

 


 

7) "Les immigrés ont du mal à accéder aux aides sociales"

 

http://www.cire.be/sensibilisation/campagnes/prefugies/prejuge-7-les-migrants-viennent-profiter-de-notre-systeme-social

 

Les raisons qui poussent les migrants à quitter leur pays sont très diverses et ne peuvent certainement pas se résumer à la volonté de venir "profiter". Par ailleurs, l’accès des étrangers au système social belge est loin d’être illimité et dépend de leur statut de séjour.

Les étrangers autorisés au séjour en Belgique ont accès au marché du travail et à l’aide financière du CPAS. Mais cela ne veut pas dire qu’ils ont, du jour au lendemain, les mêmes droits qu’un Belge qui a cotisé toute sa vie, comme le droit au chômage. De plus, l'octroi et le maintien de nombreux statuts de séjour (regroupement familial, séjour étudiant, régularisation...) sont conditionnés au fait de ne pas dépendre du CPAS.

Quant aux demandeurs d’asile, pendant l’examen de leur dossier, ils n’ont droit qu’à une aide matérielle fournie par l’Agence fédérale pour l’accueil des demandeurs d’asile (Fedasil) et ses partenaires: ils sont logés, nourris et accompagnés. À moins que la procédure ne se prolonge au-delà de quatre mois, ils n’ont pas accès au marché du travail.

 

Ensuite, s’ils reçoivent le statut de réfugié ou la protection subsidiaire, ils obtiennent un droit au séjour en Belgique, un accès au marché du travail et un droit à l’aide financière du CPAS. Celle-ci sera bien souvent nécessaire dans un premier temps, pour leur permettre de se construire une vie en Belgique. Mais cela ne veut pas dire qu’ils en feront usage longtemps: une étude menée par l’ULB et la KUL montre que quatre ans après la reconnaissance de leur statut, 55% des réfugiés se retrouvent sur le marché du travail. Un score qui tend à se rapprocher de celui de la moyenne de la population belge, à savoir 65%.

 

Les sans-papiers, par contre, n’ont pas accès au marché du travail et n’ont droit à aucune aide sociale, sauf à l’aide médicale urgente. Ils sont donc dans une situation extrêmement précaire. Un meilleur accès des étrangers au système social belge leur permettrait de s’intégrer plus facilement, de travailler plus rapidement, et donc de participer activement à ce même système.

 

En effet les immigrés ne vont pas toucher des aides sociales sans limite mais parmi les prestataires d’allocations chômage et logements ils restent surreprésentés.

 

PS : seulement une petite partie des immigrés sont des immigrés illégaux et des réfugiés.

 


 

 

8) "Notre culture est cosmopolite" 

 

http://www.cire.be/sensibilisation/campagnes/prefugies/prejuge-8-ils-sont-trop-differents-ils-ne-s-integreront-jamais

 

Nos sociétés sont cosmopolites et multiculturelles. C’est un fait. Et cela ne date pas d’hier! Sans les apports culturels venus de l’extérieur, nous ne compterions pas en chiffres arabes, n’écouterions pas de jazz et ne mangerions pas de spaghettis... Notre culture se renouvelle sans cesse grâce à ceux qui la façonnent et c’est ce qui fait que nos modes de vie sont riches et variés.

 

Donc, comme on mange des spaghettis, on écoute du jazz et on écrit en chiffres arabes... Faut changer, remplacer et abandonner complètement notre écriture latine, notre tenue vestimentaire occidentale, notre identité génétique caucasienne, notre gastronomie française, notre religion chrétienne, notre calendrier chrétien, notre langue chrétienne, notre paysage rempli de monuments chrétiens, notre fromage français, nos frittes franco-belges, etc...

Sinon dans votre logique, la colonisation de l'Amérique était un simple renouvellement culturel et un simple apport culturel ?

De plus l’immigration n'apporte pas la variété et la richesse, au contraire l'immigration uniformise les modes de vie de la planète entière en rendant tous les pays cosmopolites, la diversité humaine est détruite par l'immigration et ce sont les différences (que l'immigration dilue) qui font la richesse humaine.

 

Les difficultés ne sont pas la faute de l’autre, de l’étranger. Elles naissent de l’impossibilité ou du refus du monde politique de se donner les moyens de favoriser réellement le "vivre ensemble", et de la vision d’un "eux" et d’un "nous". Du coup, les différences d’origine, de religion, de comportements ou de modes de vie entraînent la peur et le rejet. En découlent des phénomènes de replis sur soi et de "ghettoïsation" dans les quartiers, dans les écoles et de discriminations à l’emploi, au logement... Si la rencontre, le dialogue et la mixité sociale étaient au cœur des politiques menées, cela permettrait d’aller dans un sens inverse, salutaire.
©Kroll

 

 

Les difficultés viennent de l'autre, c'est à l'immigré de s'intégrer, pas l'inverse. Et ce sont les immigrés qui foutent le plus la merde (crimes, délits), pas les autochtones.

De plus, vous les bobos vous voulez forcer deux cultures ultra-différentes et incompatibles à "vivre-ensemble", mais c'est impossible, ça ne peut qu’entraîner des conflits. Le "vivre-ensemble" est la source des tensions ethniques.

 

La mixité sociale est un échec, quand il y a "mixité sociale" quelque part, les blancs se barrent des banlieues et se réfugient dans les zones rurales et périurbaines, c'est comme ça depuis des décennies en France, on est passé des banlieues rouges (communistes) aux banlieues beurres et blacks. Il y a du communautarisme uniquement à cause des différences culturelles gigantesques.

 

Et je vais donner un exemple montrant que quand les différences culturelles sont trop grandes, il n'y a pas d'intégration possible : les immigrés européens étant moins éloignés ethniquement des français, ce sont toujours mieux intégrés en France que les immigrés extra-européens selon les chiffres : http://debunkonslegauchisme.blog4ever.xyz/dbk-tente-de-nier-les-problemes-particuliers-de-limmigration-extra-europeenne

La source des tensions et problèmes est donc la culture trop différente des immigrés extra-européens.

 

La Belgique a encore pas mal de chemin à faire sur la question du "vivre ensemble".

 

Traduction : La Belgique a encore pas mal de chemin à faire dans l'acceptation de l'invasion et de la colonisation qu'elle subit.

 

Les mesures répressives et les discours stigmatisants, voire criminalisants, se multiplient et renforcent l’image négative du migrant.

 

Stigmatiser l'envahisseur et le colon qui détruit notre identité et qui nous agresse, c tro méchan.

 

Mais, même s’ils diffèrent dans leurs modalités, les parcours d’intégration sont sur les rails dans les trois régions du pays. L’apprentissage de l’une des langues nationales, l’initiation à la citoyenneté et l’orientation socioprofessionnelle sont les piliers de ces parcours, qui permettent aux étrangers qui arrivent de prendre pied dans la société belge. Et que ces parcours soient obligatoires ou non, les étrangers sont demandeurs de les suivre"!

 

C'est insuffisant.

 

 

Réponse :

 

  

 


 

9) "Les migrants ne sèment pas le terrorisme, ils le fuient"

 

http://www.cire.be/sensibilisation/campagnes/prefugies/prejuge-9-parmi-les-refugies-il-y-a-certainement-des-terroristes

 

Rappelons d’abord que les demandeurs d’asile qui arrivent actuellement chez nous sont les premières victimes du terrorisme, du radicalisme, du djihadisme – en particulier en Irak et en Syrie. C’est précisément en raison de ces violences qu’ils fuient leurs pays.

 

Oui, mais les attentats en Europe viennent de gentils immigrés quand même.

 

Les routes migratoires sont longues et dangereuses. Ce n’est pas un moyen facile d’atteindre l’Europe, et donc pas un moyen privilégié pour ceux qui s’apprêtent à commettre des actes criminels, voire de terrorisme. La majorité des terroristes qui agissent en Europe ne viennent d’ailleurs pas de pays lointains mais sont recrutés sur place. Néanmoins, le risque zéro n’existe pas.

 

La majorité des terroristes recrutés en Europe sont des gens qui ont des origines dans les pays arabo-musulmans, ce sont donc des personnes qui viennent de pays arabo-musulmans, ce sont des individus qui sont issus de l’immigration.

 

C’est pourquoi la Belgique, comme d’autres pays européens, vérifie les antécédents des demandeurs d’asile. La procédure d’asile impose une série de contrôles (prises d’empreintes, photographies, consultation des fichiers internationaux, entretien au CGRA...). La Convention de Genève et la réglementation européenne prévoient que sont exclues de la protection internationale les personnes suspectées de crimes graves ou qui constituent une menace pour l’État dans lequel elles se trouvent. En cas de doute, les instances d’asile peuvent faire appel à la Sureté de l’État. Il est également possible de retirer le statut de protection à une personne qui aurait dû en être exclue.

 

Rien n'empêche qu'une fois qu'ils aient obtenu l’asile que les réfugiés ou leurs descendants deviennent des terroristes.

 

Si des actes criminels isolés, parfois surmédiatisés, peuvent survenir, il n’y a pas plus de criminels parmi les migrants et les réfugiés que dans le reste de la population. De même, s’il n’est pas totalement impossible qu’un terroriste se fasse passer pour un réfugié pour venir en Europe, cela ne doit pas changer notre vision de la grande majorité d’entre eux, venus chercher protection pour eux et pour leurs familles. Au contraire, nous devons rester convaincus que leur accorder le droit d’asile est aussi une façon de lutter contre ce qui nous menace: défendre nos valeurs, celle de l’accueil et de la défense des droits humains, en lien avec nos obligations internationales.

 

Les réfugiés sont surreprésentés dans les crimes et délits : http://debunkonslegauchisme.blog4ever.xyz/decodons-les-decodeurs-les-decodeurs-en-train-de-detourner-les-statistiques-sur-les-crimes-et-delits-des-migrants-en-allemagne

 


 

10 ) "Les migrants sont bénéfiques pour le développement"

 

http://www.cire.be/sensibilisation/campagnes/prefugies/prejuge-10-c-est-en-restant-chez-eux-qu-ils-developperont-leur-pays

 

Enfin, ce que l’on sait peu, c’est que les migrants sont d’importants contributeurs financiers par le transfert d’argent vers leurs pays d’origine. Les montants ainsi envoyés sont bien plus élevés que les budgets de l’aide publique au développement. En 2014, au niveau mondial, l’aide publique au développement représentait 135 milliards de dollars, alors que les montants envoyés par les migrants vers leurs pays d’origine dépassaient 400 milliards de dollars. Sans compter qu’en Belgique, ces dernières années, les budgets de l’aide publique au développement ne cessent d’être rabotés.
graphique prejuge 10
©MICMAG
Le PNUD a de son côté démontré que la migration peut améliorer le développement humain pour les personnes migrantes, comme pour les communautés d’accueil et celles de départ.

 

Le fait que les immigrés envoient beaucoup de leur fric vers l'Afrique est un autre fardeau pour l'Occident, ainsi l'économie Occidentale perd des centaines de milliards d'euros tous les ans qui vont vers d'autres continents.

 

De plus, l’immigration est un néo-impérialisme et un néo-colonialisme : l'Occident via l'immigration pille les talents du Tiers-Monde qui pourraient profiter aux pays pauvres. En effet, les immigrés sont les plus diplômés et qualifiés du tiers-monde, ils pourraient vraiment servir l'économie de leur pays mais à la place ils vont en Occident.



26/04/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres