Débunkons le gauchisme

Débunkons le gauchisme

Scolarisation, retraites, emploi : la fausse désintox de Le Monde sur l’immigration

Débunkage d'un article de Le Monde prétendant débunker divers "intoxs" de Le Pen sur les immigrés en matière de travail, scolarisation et retraite : http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/12/09/scolarisation-retraites-emploi-les-intox-de-marine-le-pen-sur-l-immigration_5046118_4355770.html

 

La « fin de la récréation » sur la scolarité gratuite
CE QU’ELLE PROPOSE
Marine Le Pen a affirmé lors de ce petit-déjeuner vouloir revenir sur le droit à une scolarité gratuite pour les enfants d’immigrés :
« La solidarité nationale doit s’exprimer à l’égard des Français. Je n’ai rien contre les étrangers, mais je leur dis : “Si vous venez dans notre pays, ne vous attendez pas à ce que vous soyez pris en charge, à être soignés, que vos enfants soient éduqués gratuitement, maintenant c’est terminé, c’est la fin de la récréation !” » 
« Je parlais des enfants de clandestins », a-t-elle précisé à l’AFP par la suite, ajoutant : « Demander une participation aux étrangers pour la scolarisation de leurs enfants en France est une mesure qui ne me choque pas outre mesure, cela se fait dans beaucoup de pays. »
POURQUOI C’EST PLUS COMPLIQUÉ
Marine Le Pen laisse entendre que l’accès gratuit à la scolarisation serait une forme de privilège accordé aux enfants d’immigrés en France. En réalité, il s’agit d’un droit affirmé par toutes les conventions internationales :
On peut également ajouter le code de l’éducation (article L.131-1) qui, en France, rappelle que « l’instruction est obligatoire pour les enfants des deux sexes, français et étrangers, entre 6 ans et 13 ans », ou même le préambule de la Constitution de 1946, repris dans celui de celle de 1958 : « La Nation garantit l’égal accès de l’enfant et de l’adulte à l’instruction, à la formation professionnelle et à la culture. » La conception partagée jusqu’ici aussi bien par l’Etat français que les conventions internationales tend plus à revendiquer l’éducation comme un droit et la scolarisation des enfants comme un devoir de leurs parents, étrangers ou non.
Le défenseur des droits, Jacques Toubon, s’est d’ailleurs ému dans son rapport 2016 sur les droits de l’enfant des barrières qui empêchent parfois les parents en situation irrégulière de scolariser leurs enfants « Nous sommes frappés par le constat qu’en France, aujourd’hui, beaucoup d’enfants sont empêchés d’aller à l’école, malgré l’affirmation du droit à la scolarisation pour tous. »
La proposition de Marine Le Pen contreviendrait donc à la Constitution et aux conventions internationales.

 

Réponse : 

 

"Les envahisseurs hors-la-loi comme tous les délinquants et criminels n'ont pas les mêmes droits que les autres (par exemple un criminel n'a pas le droit de circuler librement et doit être enfermé), de plus, ils n'ont pas à toucher ces droits car ils ne sont pas censés selon la loi être sur le sol français. Enfin, connaissez vous le droit de propriété du contribuable qui n'a pas à être extorqué pour le profit de l'envahisseur ainsi que la distinction entre droits de l'homme et du citoyen ?"

 

"Les faux-droits se reposant sur l'extorsion liberticide du contribuable dont le droit de propriété est niée, ne sont pas des vrais droits naturels fondamentaux dans le sens libéral et la constitution française fait une distinction entre droits de l'homme et du citoyen ; les droits-de-l'homme ne s'appliquent pas de la même façon aux hors-la-loi (notamment aux immigrés clandestins) ; les envahisseurs illégaux n'étant pas censés être sur le territoire français selon la loi, ils n'ont pas à bénéficier des "droits" à la santé et l'instruction."

 

Enfin, l'article 13 cité par Le Monde du préambule de la constitution de 1946 évoque les citoyens français nationaux, pas les étrangers :

 

"12. La Nation proclame la solidarité et l'égalité de tous les Français devant les charges qui résultent des calamités nationales.

 13. La Nation garantit l'égal accès de l'enfant et de l'adulte à l'instruction, à la formation professionnelle et à la culture. L'organisation de l'enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l'Etat."

 

 

Une intox sur les immigrés qui ne « travaillent pas »
CE QU’ELLE A DIT
Au cours du petit-déjeuner BVA, Marine Le Pen a affirmé que la population immigrée en France ne « travaille pas ».
POURQUOI C’EST CONTESTABLE
La déclaration de la députée européenne a de quoi interpeller. Dans l’ensemble, le taux d’actifs (rapport entre les actifs occupés et chômeurs par rapport à la population correspondante) est équivalent entre population immigrée (56 %) et non immigrée (57 %), selon les statistiques de l’Insee pour l’année 2010, publiées en 2012.
Parmi ces actifs, la proportion de chômeurs est supérieure chez les immigrés (15 %) par rapport aux non-immigrés (8 %). On remarque par ailleurs que les immigrés nés dans l’Union européenne sont mieux lotis (6 % de chômage) que les autres (18 %).
Une étude européenne plus récente montre que 80,2 % des immigrés de seconde génération âgés de 25 ans à 54 ans ont un emploi, soit presque autant que les Français d’ascendance française (83,9 %). Les immigrés de première génération le sont un peu moins, mais une nette majorité d’entre eux (66,6 %) travaille.
Bref rien ne permet d’affirmer, comme le fait Marine Le Pen, que les immigrés « ne travaillent pas » quand les autres « travaillent ».

 

Ce qu'on retiendra dans ce que dit Le Monde : 

 

"Parmi ces actifs, la proportion de chômeurs est supérieure chez les immigrés (15 %) par rapport aux non-immigrés (8 %). On remarque par ailleurs que les immigrés nés dans l’Union européenne sont mieux lotis (6 % de chômage) que les autres (18 %)."

 

Donc, oui les immigrés certes travaillent en majorité, mais ça n'empêche pas qu'il y a un problème de travail chez eux car ils sont surreprésentés dans les chômeurs, ce problème a été pointé dans la phrase de Le Pen ("les étrangers ne travaillent pas"), mais Le Monde a préféré prendre au pied de la lettre cette phrase, plutôt que de s'intéresser à la réalité qu'elle énonce... quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt. M Le Pen dit que les étrangers ne travaillent pas en comparaison aux français.

 

Les gauchos pour beaucoup de sujets, nous disent souvent "ce ne sont pas tous les étrangers qui sont comme ça", certes, mais ils sont quand même surreprésentés parmi les délinquants, criminels, chômeurs, etc... ce que met en avant les "amalgames" qui ont une grosse part de vrai. En fait les gauchos regardent individuellement au cas par cas pour nier qu'un groupe porte des problèmes particuliers, alors que les droitistes regardent un groupe dans sa GLOBALITÉ pour dire qu'il cause des problèmes GLOBALEMENT.

 

Afficher l'image d'origine

 

 

Un mensonge sur les retraites des immigrés
CE QU’ELLE A DIT
Poursuivant son réquisitoire sur les immigrés qui ne travaillent pas, selon elle, la présidente du FN a ajouté ceci : « Sans compter les dispositifs qui permettent à des gens de toucher des minimums vieillesse avec le seul critère d’arriver en France, d’avoir 65 ans, sans avoir jamais ni travaillé ni cotisé en France, et on arrive à délivrer, je sais plus, 750 euros par personne, 1 500 euros pour un couple. »
POURQUOI C’EST FAUX
L’allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA), anciennement appelée « minimum vieillesse », assure des ressources mensuelles minimales aux personnes de plus de 65 ans. Son montant est de 801 euros pour une personne seule, 1 243 euros pour un couple.
Cette aide est effectivement ouverte aux étrangers mais, contrairement à ce que dit Marine Le Pen, il y a des conditions pour cela. Il faut résider en France de manière régulière et remplir au moins un de ces trois critères :
  • avoir un titre de séjour autorisant à travailler depuis dix ans au moins ;

  • être réfugié, apatride ou bénéficier de la protection subsidiaire ou avoir combattu pour la France ;

  • être ressortissant d’un Etat membre de l’espace économique européen ou de la Confédération suisse.

On comptait 68 827 bénéficiaires de cette allocation en 2015 (– 0,2 % par rapport à 2014). Environ 30,9 % d’entre eux étaient étrangers, un chiffre resté stable ces dernières années.


Donc Le Monde nous dit qu'un étranger européen a sans aucune condition le droit au minimum vieillesse, qu'un "réfugié" aussi sans condition et qu'un immigré autorisé à travailler depuis 10 ans en France a le droit au minimum vieillesse alors que l'autochtone qui le touche, ça fait plus de 60 ans qu'il est en France et qu'ainsi dans la plupart des cas, il a d'avantage travaillé que l'immigré installé en France depuis 1 décennie. Au final, Le Pen a raison : pour les immigrés, les conditions d'obtention du minimum vieillesses sont très larges, voire inexistantes dans beaucoup de cas.

 

 

Une fausse affirmation sur les retraites des agriculteurs
CE QU’ELLE A DIT
Marine Le Pen a enfin déploré le fait qu’« en bas de chez vous [il y a] des agriculteurs qui vivent avec 300 euros ou 400 euros par mois de retraite », par opposition à la situation des migrants accueillis en France.
POURQUOI C’EST FAUX
Contrairement à ce qu’affirme Marine Le Pen, l’Etat n’abandonne pas un agriculteur démuni qui ne toucherait qu’une retraite de 300 ou 400 euros par mois. En réalité, toute personne de nationalité française de plus de 65 ans qui réside dans le pays peut au minimum percevoir l’ASPA. Cette dernière garantit à une personne seule sans revenus un minimum de 801 euros par mois. Et un agriculteur seul qui touche une retraite inférieure à ce seuil peut tout à fait demander un complément au titre de l’ASPA.
Dans deux cas de figure précis, un agriculteur peut effectivement recevoir une simple rente mensuelle de 300 ou 400 euros :
  • si les ressources totales du foyer dépassent le plafond de l’ASPA ;

  • si l’agriculteur souhaite ne pas recevoir l’aide pour éviter tout prélèvement sur sa succession. Les sommes versées au titre de l’allocation sont en effet récupérées à la disparition de l’allocataire sur sa succession si l’actif net successoral dépasse le seuil de recouvrement (39 000 euros).

Dans le premier cas, l’Etat considère que les ressources du conjoint complètent la faible retraite de l’agriculteur (si les revenus cumulés du couple dépassent le seuil de 1 243 euros de l’ASPA). Dans le second cas, il s’agit d’un choix personnel, motivé par des choix destinés à préparer sa succession.

 

Réponse : 

 

"Les gauchos pour nier qu'un agriculteur français est largement défavorisé par rapport à un migrant, évoquent le fait que le migrant peut avoir une alloc de minimum 204 euros par mois jusqu’à 330 euros par mois lorsqu’il n'a aucun hébergement, contrairement à l'agriculteur qui peut en avoir une de 800 euros par mois... sauf que :

 

1) Un migrant avec 204 euros par mois et un hébergement touche largement plus de 330 euros par mois et prés de 800 euros mensuels car un logement de taille modeste par rapport à la taille du ménage coûte bien souvent autours de 500 euros.

 

2) Les migrants avec leur alloc ainsi que leur blanchissement, alimentation et logement reçoivent l'équivalent de 1500 euros par mois : http://debunkonslegauchisme.blog4ever.xyz/decodons-les-decodeurs-des-migrants-touchent-bien-1500-euros-par-mois

 

3) Le Monde dit que les agriculteurs ont le droit à au moins 800 euros par mois, sauf que quelques lignes après, le Monde dit que les agriculteurs n'ont pas les mêmes conditions de retraite que les autres.

 

4) Un agriculteur pour toucher une retraite misérable a bossé toute sa vie en France et est vieux, alors que le migrant en étant jeune et sans avoir jamais bossé en France touche d'avantage."

 

 

 

Debunked !!!



20/12/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres